Lecture à voix haute·roman·roman ado·roman jeunesse

Harry Potter et la Coupe de Feu – version illustrée

Harry Potter and the Goblet of Fire

Auteure: J.K. Rowling

Illustrateur: Jim Kay

Traducteur: Jean-François Ménard

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 464

La sortie d’un nouveau tome de Harry Potter illustré par Jim Kay est toujours l’occasion de se retrouver autour d’un livre que l’on est persuadés d’aimer avant même de l’avoir ouvert. Car la saga créée par J.K. Rowling fait partie intégrante d’une culture populaire et de la vie de tous les lecteurs, petits et grands; c’est un peu un livre-doudou, un livre rassurant qui permet de passer un bon moment ensemble, autour de la lecture bien sûr mais aussi autour de discussions passionnantes et toujours très riches. La Coupe de Feu reste le volume charnière de la saga, celui qui nous fait basculer de l’enfance vers l’âge adulte. A partir de là, les aventures de Harry, Ron et Hermione prennent un virage serré et deviennent plus sombres, plus matures et plus riches émotionnellement. Et pourtant les lecteurs de tout âge savent en apprécier la série dans son entier.

Après quatre tomes illustrés, je suis toujours aussi admirative de la façon dont Jim Kay a su s’approprier l’univers de Rowling sans se laisser influencer par celui des films. Les personnages prennent un visage très différent et sont tellement à l’image des descriptions qu’en fait l’auteure qu’on les reconnait immédiatement. J’émets quand même quelques réserves sur le personnage de Cédric Diggory qui est loin d’être aussi séduisant que le laisse penser le texte. De même les paysages, décors, et autres éléments propres à l’univers ont une réelle identité et nous emmènent littéralement dans le monde magique de Harry Potter. Certains chapitre sont hélas un peu vides, l’illustrateur ayant fait le choix de valoriser les chapitres les plus importants. Mais cela ne gâche en rien le plaisir éprouvé à tourner les pages et à s’extasier sur les illustrations pleines pages, double-pages ou celles qui viennent habiller le texte, souligner une scène, un passage.

En ce qui concerne l’édition française, j’avoue être un peu déçue car il y a des soucis avec le texte dont certains mots sont raccourcis d’une lettre, d’autres sont collés ensembles… Alors certes cela arrive et ce n’est pas très grave en soi mais quand j’achète un livre à 45€, j’estime être en droit d’en avoir pour mon argent et donc d’avoir un livre irréprochable.

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année à Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée: la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter.

album

Armstrong, l’extraordinaire voyage d’une souris sur la Lune

Armstrong – Die abenteuerliche Reise einer Maus zom Mond

Auteur/ Illustrateur: Thorben Khulmann

Traducteur: Anne-Judith Descombey

Editeur: NordSud

Pages: 124

 

Armstrong est le récit du parcours d’une petite souris fascinée par la Lune qui va mettre toute son énergie dans ses recherches et expérimentations pour être la première souris à y poser la patte.

L’histoire prend place dans l’Amérique des années cinquante dont l’ambiance est magnifiquement mise en images par le trait rigoureux de Thorben Khulmann qui nous transporte littéralement dans le passé. Ses illustrations sont d’une précision incroyable tant au niveau des décors que des personnages animaux et humains et subliment un texte didactique qui fait écho à la recherche aérospatiale et à la conquête spatiale humaine. Les informations sont apportées avec clarté et suffisamment de simplicité pour les rendre accessibles à tous. Armstrong est une invitation à l’aventure, un album intelligent et mignon à la fois.

L’album est enrichi d’un dossier de l’histoire de l’astronautique qui permet d’attiser notre curiosité et notre esprit d’aventure.

Juliette et Gabrielle n’auront pas attendu que je leur en fasse la lecture à voix haute, elles se sont appropriées l’album dès qu’elles en ont vu les premières pages. Complètement séduites par le réalisme des dessins, la mignonnerie de la petite souris, elles ont lu et relu l’histoire d’Armstrong qui leur a permis de découvrir des engins spatiaux qu’elles ne connaissaient pas et de se poser tout un tas de questions: « et il y a vraiment un morceau qui se détache du module? », « l’homme a vraiment utilisé ce genre d’engin? », « Ca vole vraiment? »…

Il y a bien des années, une petite souris apprit à voler et traversa l’Atlantique. Mais qu’arriva-t-il ensuite…? Une fabuleuse et fascinante expédition sur la Lune.

Lecture à voix haute·roman jeunesse

La Légende de Podkin le Brave, tome 1. Naissance d’un Chef

Podkin One-Ear

Auteur: Kieran Larwood

Illustrateur: David Wyatt

Traductrice: Catherine Gibert

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 269

 

Venez écouter l’histoire de Podkin le Brave, ce lapin légendaire véritable héros de tous les petits lapereaux et dont les histoires sont connus de tous. Mais le connaissez-vous réellement? Est-il vraiment un lapin si extraordinaire? A-t-il toujours été si exceptionnel? Venez vous asseoir près du feu, le barde s’apprête à vous racontez la véritable histoire de Podkin.

Très bon volume introductif à un monde fantastico-médiéval dans lequel les personnages principaux sont des lapins anthropomorphes. Podkin n’est qu’un jeune lapereau au début du récit. Fils du chef de son terrier, il est appelé à devenir chef à son tour. Mais Podkin n’a pas conscience du rôle qui sera le sien un jour, il préfère s’amuser et dormir que de suivre ses leçons et apprendre à manier une épée. Lorsque leur terrier est attaqué par les Gorms, lapins géants bardés de métal, Podkin est contraint de fuir avec sa sœur aînée Paz et son petit frère, le très jeune Pook. Tous les trois vont alors connaître, la faim, la peur et surtout ils vont devoir fuir et se cacher des Gorm, bien décidés à mettre la main sur eux et sur le trésor de leur famille. Fini le temps de l’enfance et de l’insouciance, il est temps pour Podkin d’accepter de grandir, de prendre son courage à deux mains et de se préparer à affronter son destin.

Kieran Larwood signe un roman initiatique de qualité aux personnages haut en couleur et à l’intrigue trépidante. Les jeunes lecteurs – dès 9 ans – y feront une très bonne entrée dans l’heroic fantasy. Le récit est captivant, dynamique et offre son lot de surprises. Les quelques illustrations de David Wyatt viennent sublimer le texte et offre un visuel intéressant du récit.

Lecture faite à voix haute qui a captiver mes deux filles qui en redemandent. Finalement j’ai bien fait d’attendre que la trilogie soit disponible avant de me lancer dans cette lecture, ainsi nous n’aurons pas à attendre trop longtemps entre chaque tome.

Je vous invite à découvrir la critique d’Isabelle de L’île aux trésors.

Le site de l’illustrateur David Wyatt

Podkin est le fils d’un chef de clan. Il n’est pas encore le héros aux multiples surnoms – le Brave, Oreille-Tranchée – et préfère s’amuser en toute insouciance avec sa sœur aînée, Paz et leur petit frère, Pook. Jusqu’à ce que son terrier soit attaqué par les Gor, de redoutables lapins vêtus de métal. Podkin va devoir protéger les siens et découvrir son exceptionnelle destinée…

BD/manga

Chemin perdu

 

Auteure/ Illustratrice: Amélie Fléchais

Editeur: Soleil

Collection: Métamorphose

Pages: 96

 

« Étrange » est le premier mot qui me vient pour décrire cette bande dessinée. « Bizarre » est le second. Il s’agit probablement de la bande dessinée la plus originale qu’il m’ait été donné de lire par sa narration complètement farfelue et la mise en images en trois genres, surprenant mais fort agréable. Ce qui est certain est qu’Amélie Fléchais a su parfaitement représenter l’imaginaire foisonnant et arborescent des enfants. Car Chemin Perdu est avant tout un voyage à travers l’imaginaire de l’enfance: les jeunes héros font une chasse au trésor en forêt et, pour arriver avant tout le monde, suivent une carte des copinoux (représentée en début d’ouvrage) et tout en suivant les indications s’enfoncent dans la forêt dans laquelle ils font des rencontres surprenantes et oniriques tels un renard à la poursuite de sa bicyclette ou un ogre fait de branches… L’auteure nous entraîne dans son univers sans queue ni tête et nous perd littéralement dans les méandres de son récit.

Je ne saurai dire si j’ai aimé ou pas; j’imagine que mon esprit d’adulte, trop cartésien, cherche encore la logique de l’histoire et l’endroit où l’auteure a voulu nous emmener. Alors qu’en fait, il suffit très probablement de se contenter de lire l’histoire comme elle se présente sans essayer d’en comprendre le sens. En tout cas, Juliette et Gabrielle sont complètement conquises. Elles ont adoré le côté décalé, ont trouvé l’histoire très drôle, et regrettent qu’il n’existe pas d’autre aventure du même genre… Comme quoi, le public visé se pose sans doute moins de questions et est  plus à même de comprendre le fil de l’histoire sans se perdre.

« T’es sûr qu’en passant par là, on va arriver plus vite ? ». Ainsi commence l’extraordinaire chasse au trésor lancée par Le Camp du bonheur. Munis de leur carte des copinoux, “monsieur je-suis-le-meilleur », son petit frère qui s’imagine être un robot et leur copain, fils d’un chasseur en sont sûrs : ils seront les vainqueurs ! C’est simple, il leur suffit de suivre « le chemin des arbres déguisés en Apaches » et de répondre à une devinette… Mais c’était sans compter, la rencontre d’étranges créatures oniriques : un cerf géant au chapeau melon magique, un renard à la poursuite de sa bicyclette folle, un ogre branchu ou encore, une fée aux intentions ambiguës… Mais où donc cet étonnant jeu de piste les mènera-t-il ? À votre carte des copinoux, prêts, partez !

BD/manga

Nils, tome 1. Les élémentaires

Auteur: Jérôme Hamon

Dessinateur: Antoine Carrion

Editeur: Soleil

Collection: Métamorphose

Pages: 56

Sur Terre, les graines ne poussent plus bien que le sol soit riche et fertile; les animaux ne se reproduisent plus et le ventre des femmes restent désespérément vide. La vie semble s’éteindre. Nils, accompagné de son père, part à la recherche d’une réponse. En voyage, ils rencontrent des petits êtres lumineux – qui rappellent fortement les sylvains de la forêt de Mononoke Hime – les âmes de la nature. Les rencontrent ne sont hélas pas toutes aussi merveilleuses, et Nils est séparé de son père. Et lorsque les dieux anciens s’en mêlent, Nils n’a plus d’autre choix que de partir en terre hostile trouver les réponses qu’il cherche.

Voyage initiatique, récit fantastique mais aussi fable écologique, Nils est une histoire qui oppose deux modes de vies pour souligner l’action de l’homme sur la planète et les conséquences qu’elle engendre sur la nature. Les illustrations sont assez sombres mais reflètent parfaitement l’ambiance générale de ce récit. L’aventure d’un jeune garçon qui aimerait aider son père à ramener la vie sur Terre. Le trait est fin et précis. Certaines planches offrent des plans larges assez saisissants. Premier volet d’une trilogie, Les élémentaires est une introduction digne de ce nom qui amène le lecteur sur un final ouvert à tout un tas de suppositions et d’espérances.

Selon de vieilles légendes, il existerait un monde au-delà de la matière. Un monde constitué d’êtres lumineux, sans lesquels cette matière resterait inerte. Ainsi, quand les territoires du Nord, jadis fertiles et florissants, se muent en terres arides où plus rien ne pousse, ces légendes resurgissent et les regards se tournent vers les dieux anciens… Jeune garçon dans la fleur de l’âge, Nils, accompagné de son père, tente d’élucider ce mystère. Il rencontre ainsi ces êtres lumineux, les âmes de la nature qui le guident jusqu’à un royaume voisin à la technologie avancée… Une quête qui bouleversera son existence.

BD/manga

Dans la tête de Sherlock Holmes – L’Affaire du Ticket Scandaleux, tome 1/2

 

Auteurs: Cyril Lieron & Benoit Dahan

Dessinateur: Benoit Dahan

Editeur: Ankama

Pages: 48

 

Cette bande dessinée est, comme son nom l’indique, une invitation Dans la tête de Sherlock Holmes. Le lecteur peut littéralement suivre le fil rouges des pensées du célèbre détective qui fourmillent de détails et de connexions plus ou moins farfelues.

Dès l’arrivée d’un ami médecin du Dr Watson au 221B Baker Street, retrouvé errant en pleine nuit l’air hagard, le cerveau de Holmes se met en marche et nous entraîne dans un dédale complexe et pourtant logique de réflexions et de déductions. Cette Affaire du Ticket Scandaleux est une enquête inédite auréolée de mystères orientaux digne hommage à Sir Doyle et son héros.

La mise en page dynamique est particulièrement intéressante et se fait l’expression visuelle des pensées de Holmes dans un découpage particulièrement pertinent. Le design original, correspond parfaitement à l’ambiance; le choix des couleurs sépia colle lui à l’époque et donne à cette BD un petit côté rétro bienvenu et complètement raccord. L’ensemble est un petit bijou qui laisse dans l’attente insoutenable de la suite et fin de l’enquête.

Un simple diagnostic médical du Dr Watson se révèle être bien plus que cela. La découverte d’une poudre mystérieuse sur des vêtements et d’un ticket de spectacle très particulier amène Sherlock Holmes à penser que le patient n’est pas l’unique victime d’un complot de grande ampleur…

BD/manga

Culottées – Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent 2

Auteure/ Illustratrice: Pénélope Bagieu

Editeur: Gallimard

Collection: Bande Dessinée

Pages: 165

 

Il y a plus d’un an que j’ai lu le tome 1 des Culottées de Pénélope Bagieu et c’est avec autant de plaisir que j’ai lu les pages de ce tome 2 tout aussi fort. Cependant, si le plaisir est présent, je dois bien reconnaître que certains portraits sont difficiles à lire; je pense notamment à Phulan Devi, dont la mort m’est apparue comme une libération. Je n’arrive toujours pas à me remettre de toutes les horreurs qu’elle a traversé… et elle a pourtant su à chaque fois se relever.

Une fois de plus, Pénélope Bagieu dresse le portrait de quinze femmes de tout horizons, de toutes classes sociales, qui ont su garder confiance en elles, se battre pour leurs valeurs, leurs idéaux, ne pas laisser les hommes les dominer, écraser leurs ambitions, les détruire… Le ton se veut drôle sans pour autant rire des situations les plus cruelles. Les Culottées sont des femmes incroyables qui méritent d’être (re)connues pour leurs combats, leurs parcours, leurs vies. Elles sont scientifiques, artistes, engagées, de couleurs et de religions différentes, mais toutes ont sûr s’élever au-dessus de la condition de femme dans laquelle la société voulait les enfermer.

Rappeuse afghane ou astronaute, reine des bandits ou volcanologue, inventrice ou journaliste d’investigation, les Culottées ne renoncent jamais. Quinze nouveaux portraits de femmes qui ont bravé tous les obstacles pour mener la vie de leur choix.