IEF·Visites/Sorties

Sorties – Février 2019

Alors que le mois de mars avance à grands pas, je m’attelle à notre bilan du mois de février. Février. Mois le plus court de l’année qui fut marqué par l’arrivée précoce (et temporaire) du printemps avec des températures impressionnantes et un taux d’ensoleillement exceptionnel pour la saison. Plaisir coupable de profiter d’une telle météo avec un entrain non feint alors qu’elle est le signe apparemment que notre planète est à bout de souffle…

Dialogue avec les Anges – Timothy Archer

Dans le cadre de l’exposition « dialogue avec les anges », la maison folie Hospice d’Havré (Tourcoing) propose une visite guidée de l’exposition par l’artiste lui-même qui nous transmet toute sa passion pour le lieu en nous expliquant la genèse du projet et le choix des œuvres et leur implantation dans les différentes salles. Quand l’art contemporain dialogue avec un lieu patrimonial trouve son sens dans les mots de Timothy Archer qui, touché par la volonté des sœurs grises, a choisi de révéler et valoriser leur force. La visite est suivi d’un atelier en famille mené par l’artiste qui nous invite à peindre le portrait d’une héroïne.

Let’s Play

Rendez-vous mensuel à la médiathèque (Tourcoing) pour un temps de jeux en anglais. Cette séance a permis de travailler le vocabulaire des animaux de la ferme et de la jungle; mais c’est surtout le jeu « Who Am I ? » qui a été apprécié des enfants qui ont pu s’entraîner à poser cette question et à y répondre en utilisant le vocabulaire des couleurs, des animaux, des formes, les parties du visage et autres termes sur l’apparence physique.

Visite/Atelier « Dans l’atelier du Sculpteur »

Une maman de notre groupe IEF a programmé plusieurs dates au Louvre-Lens pour que les enfants puissent accéder à des visites/ateliers pédagogiques proposés aux scolaires. Nous ne pouvons participer à toutes mais dès que cela est possible, nous nous joignons au groupe. En février, nous avons eu la chance de participer à cette visite « dans l’atelier du sculpteur » qui est une approche de la sculpture artistique au travers d’une (trop) rapide présentation des outils du sculpteur de pierre ou de bois. La visite se poursuit dans la magnifique Galerie du Temps dans laquelle la médiatrice nous guide autour de différentes œuvres sculptées qui vont permettre d’aborder les termes de Ronde-bosse, Bas-Relief et Haut-Relief. Les enfants sont très intéressés et les questions fusent. La médiatrice n’avait pas prévu ce temps de questions et se met à craindre de devoir réduire le temps en atelier. C’est un soulagement d’apprendre que nous pourrons prendre le temps que l’on veut sans se soucier de l’heure. Car le temps de l’atelier est très attendu et les enfants se prennent vite au jeu, laissant parler leur imagination tout en restant dans la thématique guidée: réalisation d’un personnage assis. Il y a eu comme un petit moment de flottement quand la médiatrice leur a expliqué qu’ils allaient modeler l’argile et non sculpter la pierre (pas assez de temps pour ce genre d’atelier) mais le plaisir et la bonne humeur ont vite repris le dessus une fois qu’ils ont eu mis les mains à la pâte.

Visite/Atelier « Observer, nommer, classer les animaux »

Troisième et dernier rendez-vous au Musée d’Histoire Naturelle (Lille), nous attendions avec impatience cette séance que notre guide de décembre nous avait promise de qualité et de haut niveau. Pour rappel, il avait trouvé le groupe si dynamique et leurs connaissances si riches qu’il nous avait proposé de se retrouver sur cette visite pour une séance sur mesure qui pousserait nos jeunes. Malheureusement il n’aura pu se libérer et nous nous sommes retrouvé avec un autre guide qui, s’il s’est montré plus agréable qu’en janvier, n’a pas su attiser leur curiosité. Bien qu’intéressante, la visite est restée basique et les enfants n’ont rien appris de plus qu’ils ne savaient déjà. Heureusement, les deux mini-ateliers proposés après la visite leur aura permis de raccrocher les wagons. Le premier atelier consistait à choisir deux catégories et à y coller des vignettes d’animaux pouvant s’y regroupés. L’intérêt tenait plus dans la possibilité de faire des recoupements qu’en la classification en elle-même. Quant au deuxième atelier, il aura permis à beaucoup de découvrir la classification en forme d’arbre, les branches permettant de regrouper des animaux ayant des caractères communs. Gabrielle, peu portée sur les sciences, a particulièrement aimé ces ateliers, s’est assise le plus près possible du médiateur pour écouter ce qu’il avait à dire, a participé activement à la mise en commun des réponses.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ballet

Gabrielle pratique la danse classique depuis trois ans maintenant et envisagerait bien d’en faire une pratique plus importante. Aussi avons-nous profiter des Journées Portes Ouvertes pour visiter l’école du Ballet du Nord (Roubaix). L’objectif de ses journées est bien entendu de faire connaître leur école mais aussi de proposer aux danseurs (toutes écoles) de participer à leur stage d’hiver. Malheureusement informés trop tard, nous avions d’autres projets pour les vacances de février et Gabrielle n’a pu participer à cet atelier. En revanche, nous avons pu assister au spectacle de fin de stage, la « Restitution ». Spectacle mené tambour battant par une équipe incroyable qui a su monter un show de qualité en à peine une semaine, les plus jeunes danseurs n’ayant que 7/8 ans. C’était impressionnant! Entre chaque danse, une personne se tient derrière un micro et nous raconte une « histoire de la danse ». Elle évoque ainsi J.G. Noverre, maître à danser qui, au XVIIIe siècle, révolutionna l’art de la danse; mais aussi La Fille mal gardée, un ballet créé en 1789 dont la thématique rompt avec la tradition des ballets de l’époque; ou encore Rudolf Laban, théoricien du mouvement dont les recherches amèneront de nouveaux outils d’analyse et de création. Si Gabrielle a été ébloui par les danses, elle n’est pas certaine de vouloir s’engager dans cette voie. Elle n’envisage pas de carrière de danseuse et se demande si toutes ces heures de danses n’ont pas pour but de former les futurs professionnels. Elle aimerait participer au stage d’hiver l’an prochain et voir si elle peut tenir la cadence avant de tenter d’intégrer l’école.

Atelier en famille « Sur les traces de la Reine de Saba »

Pendant les vacances scolaires, les différentes structures culturelles de la métropole lilloise regorge de proposition pour occuper les enfants à des prix défiant toutes concurrences. Il faut faire des choix et je tente toujours de diversifier au maximum ce que je propose aux filles. L’Institut du Monde Arabe-Tourcoing est un lieu que j’aime beaucoup parce qu’il se veut conservateur de la mémoire d’un site qui fut la première école de natation française. En effet, c’est sur ce site, que la Dr Dron a voulu créer une école de natation, une façon de réconcilier la population avec l’eau. C’est à sa demande que fut créée la méthode Beulque. Paul Beulque est par ailleurs à l’origine des E.N.T. (Enfants de Neptune de Tourcoing), une école de natation et de water-polo qui existe encore aujourd’hui. Tout cela nous est rappelé par notre médiatrice qui enchaîne avec l’animation à proprement parler qui s’articule autour d’un plateau de jeu sur lequel les enfants déplacent des pions en répondant à des énigmes qui prennent parfois la forme de questions, parfois celle de charade. En parallèle de ce voyage sur la plateau, l’animatrice nous fait le récit du mythe de la Reine de Saba et ponctue le jeu de nombreuses informations sur les pays du monde arabe, leur culture, la faune, la flore et j’en passe. C’est vraiment intéressant! L’atelier se termine sur un goûter oriental qui vient clore ce temps de jeu bien agréablement.

Atelier « apprenti cartographe »

Pour cet atelier, nous nous sommes rendues sur un site minier classé à l’UNESCO, le 9-9bis (Oignies). Accueillis dans la cour par une médiatrice fort sympathique, nous avons dans un premier temps bénéficié d’une présentation du site et de son histoire. C’était la première fois que nous venions au 9-9bis et j’ai été surprise de découvrir ce lieu si bien conservé et préservé. Nous avons eu beaucoup d’information sur la mine, le travail des mineurs et leur lieu de vie. C’était avant tout une visite « géographique » dans le sens où l’on se déplaçait pour observer les différents points importants: la cité – la fosse – le terril. Après quoi, nous sommes allés dans une salle d’atelier où les enfants ont été invité à observer des cartes vues du ciel. L’une représentait le site visité, l’autre présentait un site voisin qui accueille Aquaterra, la maison de l’environnement, et une espace naturel ouvert à la promenade. Sur chacune des cartes les enfants devaient repérer les trois points importants susmentionnés. Enfin, munis d’une feuille blanche et de crayons de couleurs, ils sont allés récupérer des « motifs » sur les murs et le sol par technique du frottage. Cela servira d’éléments pour reconstituer une carte du site.  Outre l’intérêt manifeste des filles pour la visite du site et la découverte du monde de la mine, elles ont adoré l’atelier qui s’est révélé très intelligent dans sa réalisation.

Atelier pratique autour du numérique et de la réalité virtuelle

Proposé par le Fresnoy (Tourcoing) autour de l’exposition « Le Laboratoire de la Nature », cet atelier se tenait sur deux après-midi des vacances scolaires. Atelier pour les enfants auquel les filles ont pris plaisir à participer. Nous faisons peu de choses dans ce domaine et elles ont aimé découvrir et expérimenter la sculpture et le dessin numérique en réalité virtuelle. Le premier jour a été une découverte et une initiation, le deuxième jour a été plus créatif. Le projet était de réaliser une cabane et son environnement en s’inspirant du Palais Idéal du Facteur Cheval. L’exercice s’est révélé plus difficile que prévu, mais les enfants ont apprécié et j’ai envie de dire que c’est bien là le principal. Ci-dessous un montage vidéo réalisé par l’animateur avec les réalisations de tous les enfants présents.

Spectacle « Piletta ReMix »

Proposé dans le cadre du Festival Contes et Légendes à Marcq-en-Baroeul, Piletta ReMix nous est présenté comme un conte radiophonique que nous avons vécu comme une expérience unique et intéressante. Juliette n’avait pas voulu se joindre à nous et a bien regretté quand sa sœur lui en a raconté tous les détails. Avant d’entrer dans la salle, on nous a remis un casque car plus qu’un spectacle visuel, ce conte nous est présenté sous la forme d’un enregistrement radio. Sur scène il y a des comédiens qui, eux aussi, portent des casques. Ils jouent avec les micros, bruitent, chantent… Comme ils le disent, c’est du théâtre pour les oreilles, ou de la radio pour les yeux. Ou les deux.

Centre Historique Minier de Lewarde

Pour parachever notre étude sur le terrain du monde de la mine, nous nous sommes jointes au groupe IEF pour nous rendre à Lewarde et participer à une visite guidée des galeries fictives de la mine. Nous découvrons en premier lieu l’espace de triage où femmes et enfants séparaient le charbon des autres pierres. Puis, équipés d’un casque, nous empruntons l’ascenseur pour descendre dans la mine où rapidement la guide nous explique les conditions de travail des mineurs. La mise en route des machines est assourdissante. Véritable immersion, cette visite permet d’appréhender le travail des mineurs et sa pénibilité liée au bruit, à la poussière, à l’obscurité, au manque de place… La visite guidée s’achève sous les questions des enfants puis nous pouvons visiter librement le musée et les quelques salles préservées en l’état comme la lampisterie ou la salle des douches (aussi appelé salle des pendus). Outre la mine, le musée se veut aussi la mémoire de la vie dans les corons au début du XXe siècle et du quotidien de ces habitants. Enfin, une exposition permet de découvrir le charbon et sa formation géologique.

Lecture offerte·roman jeunesse

Le Rêveur

The Dreamer

 

Auteur: Pam Muñoz Ryan

Illustrateur: Peter Sís

Éditeur: Bayard Jeunesse

Pages: 435

 

S’inspirant de l’enfance de Pablo Neruda, Le rêveur est une histoire emprunte de poésie. Tantôt douloureuse tantôt joyeuse, l’enfance douce amer du jeune Neftali n’est pas facile tous les jours. Entre un père autoritaire et une mère soumise, il est l’enfant chétif et maladif de la famille, il aimerait que son père le remarque et voit en lui autre chose qu’un faible. Rêveur, Neftali aime les mots et la nature et va au fil des années se forger la personnalité et le caractère du poète et de l’homme politique qui reste une figure emblématique du Chili.

Le rêveur est un roman hors des sentiers battus, un récit unique qui aborde l’enfance opprimée, les violences familiales mais aussi et surtout l’affirmation de soi et le besoin de liberté. Au travers d’une mise en page aérée, ponctuée d’illustrations et de poèmes, l’auteur nous invite à la rêverie et encourage à laisser parler ses convictions. C’est tout simplement magnifique!

Lu à voix haute, ce texte se veut un moment de partage qui permet d’aborder des sujets graves avec les enfants mais aussi d’en adoucir les contours grâce à la poésie.

s

Qu’est-ce que le vent apporte? Qu’est-ce que le vent emporte? Où se trouve l’entrepôt des objets trouvés?

BD/manga

La Guerre de Catherine

 

Auteur: Julia Billet

Illustratrice: Claire Fauvel

Éditeur: Rue de Sèvres /Supermax

Pages: 167

Adaptation du roman éponyme de Julia Billet (que je n’ai pas lu), publié aux éditions l’école des loisirsLa guerre de Catherine aborde la guerre avec subtilité, sans en montrer l’horreur mais sans l’omettre pour autant. L’histoire de Catherine est celle des tous ces enfants juifs qui ont connu la guerre et ont du se cacher pour ne pas finir dans des camps d’extermination; des enfants qui, séparés de leurs parents, ont du changer d’identité, donner l’illusion d’être heureux alors que les lois anti-juifs ne cessaient de se raffermir sous Pétain. 

De foyer en foyer, Catherine traverse la France, appareil photo à la main, saisissant les images de la guerre, sa guerre, enrichie des portraits de ces personnes qui transforment son quotidien, ces personnes qui tentent d’aider, ceux que l’on appelle les Résistants. 

Riche en émotions, ce roman graphique est un petit bijou de sensibilité et un magnifique témoignage accessible à tous. Catherine est une jeune fille courageuse que l’on prend plaisir à suivre et qui offre un regarde optimiste sur le monde, gardant l’espoir que la guerre prenne fin et qu’elle retrouve ses amis et ses parents. Le trait de Claire Fauvel souligne le texte, renforçant sa poésie avec délicatesse.

Rachel est confiée par ses parents à la Maison de Sèvres, une école pas tout à fait comme les autres. C’est là qu’elle se découvre une passion pour la photographie. Mais la Seconde Guerre mondiale est engagée et la jeune fille juive doit changer de nom et fuir. Aidée par un réseau de résistance, elle parcourt la France de lieu en lieu, son appareil photo toujours à portée de main. C’est ainsi qu’elle fixe sur pellicule sa guerre, celle de la résistance, celle de ces héros anonymes qui risquent leur vie pour sauver celle des autres et qui lui permettront de devenir une jeune femme libre.

BD/manga

Calpurnia BD, Tome 1

D’après: Jacqueline Kelly

Auteur: Daphné Collignon

Illustratrice: Daphné Collignon

Éditeur: Rue de Sèvres

Pages: 88

Adaptant le magnifique roman éponyme de Jacqueline Kelly (ma critique: ici), ce premier volume de Calpurnia se veut une sélection de chapitres choisis pour illustrer la personnalité de la jeune fille et l’univers dans lequel elle évolue.

Cette adaptation de Daphné Collignon est par ailleurs un ouvrage illustré de qualité dont les planches de bande dessinée sont ponctuées de quelques pages « carnet » sur lesquelles sont consignées les observations et les recherches de Calpurnia. Ce format rappelle les Carnets de Cerise. On retrouve tous les ingrédients qui font du roman une merveille et le dessin tout en rondeurs de Daphné Collignon illumine l’histoire en toute simplicité et harmonie. J’avoue avoir eu un peu de mal avec le dessin au premier abord mais finalement je trouve qu’il convient parfaitement à l’univers. Les planches aux couleurs sépia donnent un côté rétro à l’ensemble, cadrant parfaitement avec l’époque du récit.

De leur côté, mes filles ont pris beaucoup de plaisir à redécouvrir ce récit qu’elles adorent sous un autre format, plus accessible et qui peut être lu (et relu) rapidement. Si ce condensé de chapitres a séduit Juliette, Gabrielle aurait préféré que le roman soit adapté dans son intégralité, notamment pour les pages « carnet » mais aussi pour le plaisir de la lecture et la richesse du récit qu’elle aurait aimé suivre en images.

Ce n’est pas un coup de cœur mais presque et nous attendons la suite avec impatience.

« Qu’est-ce qu’un naturaliste exactement? Je ne sais très bien, mais j’avais décidé de passer l’été à en devenir une. Si ça consistait à regarder ce qu’il y a autour de soi, je pouvais y arriver. C’est comme ça que j’ai commencé à voir des choses que je n’avais jamais remarquées auparavant. »