musique·vidéo

Les misérables

misérablesTitre: Les misérables

Réalisateur: Tom Hooper

Acteurs: Hugh Jackman, Russel Crow, Anne Hathaway, Amanda Seyfried, Helena Bonham Carter, Eddie Redmayne…

Présentation: 

France, 19ème siècle. Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime. Leurs vies vont être changée à tout jamais. Une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption.

Ce que j’en pense:

Ouah… Quel film!

On connait tous l’histoire des Misérables, dont on a tous vu au moins une adaptation si on n’a pas lu la saga de Victor Hugo. Pour ma part c’est toujours dans les larmes que je vois une adaptation, et ce film de Tom Hooper (qui m’avait déjà touché avec Le discours d’un Roi) m’a ému à un tel point que je ne saurais décrire l’émotion qui m’habite encore! J’ai été particulièrement bluffé par les acteurs, qui n’étant pas forcément des chanteurs, ont pourtant réussi à donner à leur personnage une telle profondeur, une telle émotion… Une mention spéciale pour Anne Hataway, une actrice que je n’aime pas beaucoup, dont le rôle de Fantine était juste fait pour elle, je pleurais rien qu’à la voir à l’écran!

Un film que je recommande vivement!

album

Album jeunesse – Noël #4

Titre: Le Noël de Balthazar

Auteure: Marie-Hélène Place

Editions: Hatier

Collection: Balthazar

Pages: 40

 

Je voulais finir ma petite sélection d’albums jeunesses sur le thème de Noël par cette histoire de Balthazar qui a une valeur particulière à mes yeux car il est le premier livre de Noël que j’ai acheté pour mes filles, elles n’avaient pas 2 ans. C’est un indétrônable, il ressort très souvent dans nos lectures du soir, que l’on soit en période de Noël ou pas!

Tous les enfants éduqués selon la pédagogie Montessori, et bien d’autres, connaissent Balthazar et son ami, le doudou Pépin. Marie-Hélène Place nous raconte une histoire de Noël très joliment illustrée par Caroline Fontaine-Riquier où la générosité est mise en avant. Un beau conte qui nous rappelle que les cadeaux du cœur sont ceux qui on le plus de valeur!

 

C’est la veille de Noël, Balthazar veut offrir un cadeau à Pépin, mais ses poches sont vides… Monsieur Merlin et son magasin enchanté vont l’aider. Un joli conte de Noël qui montre que ceux qui donnent reçoivent au centuple…

vidéo

Dans l’imaginaire des enfants

légendesTitre: Les cinq légendes

Réalisateur: Peter Ramsey

Doubleurs français: Gaspard Ulliel, Nolwenn Leroy

Présentation:

L’aventure d’un groupe de héros, tous doués de pouvoirs extraordinaires. Emmenées par Jack Frost, un adolescent rebelle et ingénieux, ces cinq légendes vont devoir, pour la première fois, unir leurs forces pour protéger les espoirs, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants.

Ce que j’en pense:

Que ce passerait-il si les enfants cessaient de croire au Père Noël, au lapin de Pâques ou encore à la Fée des dents?

Le Croquemitaine a décidé de devenir lui aussi une légende, il veut prendre la place du Père Noël, du Lapin de Pâques, de la Fée des Dents et du Marchand de Sable, en plongeant les enfants dans les cauchemars et la peur. Mais c’est sans compter sur Jack Frost qui fera tout pour sauver ses nouveaux amis et tenter de gagner sa place en tout que cinquième gardien!

Un des meilleurs films d’animation qu’il m’aie été donné de voir ces dernières semaines! L’histoire est originale et bien ficelée, l’animation de qualité, on sent que la 3D (animation faite sur ordinateur) est désormais maîtrisée par bon nombre de studios. Je me suis sentie replongée en enfance, j’ai été émue, j’ai ri… Le Croquemitaine est effrayant à souhait façon Voldemort monté sur un Sombral, le lapin de Pâques surprenant, le Marchand de Sable attendrissant, Jack Frost charmant!

Un très bon film à voir en famille.

vidéo

La dérive des continents

glasse4Titre: L’âge de glace 4: La dérive des continents

Réalisateurs: Steve Martino, Mike Thurmeier

Doubleurs français: Gérard Lanvin, Vincent Cassel, Elie Semoun

Présentation:

Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux…

 Ce que j’en pense:
Après un épisode 2 plutôt limité et un épisode 3 très décevant, je dois dire que j’ai vraiment apprécié retrouver Manny, Diego et Sid dans leurs nouvelles aventures. L’animation est toujours aussi soignée, l’humour très présent, l’histoire tient la route et les nouveaux protagonistes sont drôles et attachants!
Un bon petit film que j’ai apprécié regarder en famille en cette veillée de Noël!
challenge·roman ado·roman jeunesse

L’espoir fait vivre

1erquipleureTitre: Le premier qui pleure a perdu

Auteur: Sherman Alexie

Editions: Albin Michel

Quatrième de couv’:

 » Vous savez ce qui arrive aux gogols sur la réserve ? On se fait tabasser. Au moins une fois par mois. Eh ouais, je fais partie du Club du Coquard du Mois…  » Le garçon qui parle ainsi est Junior, un Indien Spokane. Né tout cassé tout tordu, il accumule les handicaps : myope, maigre et premier de la classe. En vrai, Junior est drôle et assez lucide pour savoir qu’il n’aura aucun avenir s’il reste avec les siens. Il décide alors d’aller à l’école des Blancs, voir ailleurs s’il y est. Admis au prestigieux lycée de Reardan, Junior quitte la réserve. Comme il est né. En éternel optimiste.

Best-seller aux USA, ce roman  » presque autobiographique  » parle de mille choses sans tabou et avec un humour ravageur : l’amour, l’amitié, l’exclusion, la faim et surtout l’espoir. Romancier, nouvelliste, poète, Sherman Alexie, dont l’œuvre est publiée chez Albin Michel, capture ce qui fait de la vie une aventure universelle.

Ce que j’en pense:

J’ai cru ne pas réussir à lire ce roman à cause du style narratif, l’impression de lire la rédaction d’un gamin de 14 ans. Mais l’histoire a suscité mon intérêt et je ne regrette rien car j’ai vraiment aimé suivre les aventures d’Arnold, jeune indien Spokane qui, sur les conseils d’un professeur, va quitter le lycée de la réserve pour un lycée de la province, un lycée pour les blancs! Ce style qui me rebutait est soudain devenu amusant, drôle, original…

Alors que tout un tas de malheurs s’abat sur lui depuis le jour de sa naissance, Arnold est un optimiste qui tourne tout en dérision. Il ne veut pas que sa vie soit aussi misérable que l’est celle des indiens en général, il veut s’élever au dessus de tout ça et met tout en oeuvre pour y arriver! Un récit initiatique où se mêle humour et drame socio-culturel, racisme et tolérance, haine et amour/amitié; le tout arrosé d’une bonne dose d’espoir!

challenge

vidéo

Un monde à l’envers

upsideTitre: Upside Down

Réalisateurs: Juan Solanas

Acteurs: Kirsten Dunst, Jim Sturgess

Présentation:

Adam et Eden n’auraient jamais dû se rencontrer. Chacun appartient à un monde différent, tout proches mais aux gravités opposées. Le ciel de l’un est le sol de l’autre. Dans un univers visuellement fascinant, Upside Down raconte l’histoire extraordinaire d’un amour impossible, un amour renversant, capable de changer des mondes…

Ce que j’en pense:

Une bien jolie histoire d’amour impossible se créée entre deux êtres qui s’opposent par leur gravité, le monde de l’un est le ciel de l’autre. J’ai été très touché par le jeu de Jim Sturgess dont le regard est d’une grande douceur, il mange sa partenaire du regard et l’emporte loin dans son monde (j’aurais bien pris la place de Kirsten Dunst :p)

J’ai été transporté par l’histoire d’amour mais le reste du film m’a laissé sur ma faim, il manque beaucoup d’informations et finalement on ne sait pas trop où le réalisateur veut en venir: pourquoi n’ont-ils pas le droit de s’aimer? Pourquoi ces deux mondes « jumeaux » sont-ils si différents? J’ai trouvé dommage de planter le décor, de créer un monde fantastique digne des meilleurs films de science fiction et de ne pas en tirer profit. Même si le but premier de ce film était le romantisme, ça manquait de consistance et l’autour sonnait creux!

Dommage…

vidéo

Les regrets de Miss Austen

le-choix-de-jane-de-jeremy-lovering-931126850_MLTitre: Le choix de Jane

Réalisateur: Jeremy Lovering

Acteurs: Olivia Williams, Hugh Bonneville, Imogen Poots

Présentation:

Au début du XIXe siècle, la célèbre Jane Austen, connue pour avoir écrit « Orgueils et Préjugés », s’est retirée dans un cottage du Hampshire avec sa mère et sa sœur. Alors qu’elle va sur ses 40 ans, elle se remémore sa jeunesse et ses premières amours.

Ce que j’en pense:

C’est chargée d’émotions que j’écris ce billet. Je viens de finir Miss Austen Regrets, un petit biopic sur l’une de mes auteures favorites, Jane Austen. Un très beau film, tout en émotions, des décors sublimes (j’aime beaucoup les paysages anglais), des acteurs talentueux et touchants!

L’histoire se déroule sur les dernières années de sa vie, Jane partage l’intimité de sa nièce Fanny qui lui voue une grande admiration et espère ses conseils dans le choix de son futur époux. C’est donc au travers des yeux de Fanny que nous suivons le questionnement de l’auteure sur ses choix et les conséquences qu’ils ont eu pour sa famille; une famille qui, bien qu’aimante, lui reproche son orgueil et son désir d’un mariage d’amour. Ces mots me reviennent tel un coup de poignard en plein cœur:

« Jane: Que voulez-tu que je fasses? Que je me vende pour de l’argent?

Sa mère: Nous aurions été riches, oui. Tu sais ce que ça veut dire? « Riche », c’est un mot pour dire « à l’abri ». […] Tu as sacrifié notre sécurité à toutes pour un principe. »

Des mots si forts, si violents… et si criants de vérité! Une femme de cette époque ne pouvait compter que sur un époux, un frère, un beau-fils pour s’assurer un minimum de confort, et bien des femmes se sont mariées par principe, sans amour, sans passion…Un principe? Non cela n’aurait jamais dû n’être que l’élément sine qua non à l’union de deux êtres! C’est une chance pour nous de ne pas avoir à vivre sous ce joug, sous cette dominance masculine! J’admire ces femmes qui ont su braver la société, se libérer de leurs chaînes et j’aimerais leur dire un grand « BRAVO »!