roman

décadence de la famille Bennet

maryTitre: Les caprices de Miss Mary

Auteure: Colleen McCullough

Editions: Archipoche

Présentation éditeur:

Les lecteurs du célèbre roman de Jane Austen se demandent tous ce que sont devenues Elizabeth et Jane Bennet. Colleen McCullough raconte le destin de chaque sœur, mais centre son récit sur Mary, la troisième et la plus discrète des cinq sœurs Bennet.
Vingt ans ont passé. À 37 ans, Mary, restée célibataire, découvre l’indépendance à la mort de sa mère, dont elle s’est occupée durant toute sa maladie. Alors que sa famille veut lui imposer un chaperon, elle choisit de voyager à travers l’Angleterre, et d’écrire un livre pour attirer l’attention sur le sort de la classe ouvrière. Le mariage est loin de ses préoccupations, et pourtant Angus Wilson, le magnat de la presse, fait tout pour la séduire. Mais sa famille veille… Mary trouvera bientôt l’amour et une raison de vivre : la création d’un orphelinat.

Ce que j’en pense:

L’histoire prend place vingt ans après la fin du roman de Jane Austen, Orgueil & Préjugés, et commence par la mort de Mrs Bennet auprès de qui Mary est restée jusqu’alors. Alors que celle-ci sent enfin la liberté poindre le bout de son nez, sa famille ne l’entend guère de cette oreille. Menés à la baguette par un Mr Darcy froid et cruel, chacun se range à ses opinions et fait ce qu’il ordonne! Miss Mary Bennet, forte de ses dix-sept années d’auto-éducation par le biais d’une bibliothèque normalement pas mise à disposition des femmes, se voit éprise de liberté et d’émancipation et projette non seulement de vivre seule mais de voyager dans le but d’écrire un livre sur la condition des pauvre gens du nord. Malgré les mises en garde de sa famille et de ses amis, elle ne reculera devant rien et paiera son manque de clairvoyance et son ignorance du monde de bien tristes traitements!

Loin, très loin, du roman de Jane Austen, Colleen McCullough ne rend pas hommage aux personnages de la première, aucun n’est épargné, sauf peut-être ceux qu’elle crée de sa plume! Mr Darcy est un être abjecte, froid et cruel et subit un mariage qu’il regrette amèrement se sentant puni par la descendance qu’Elizabeth lui donne: quatre filles insignifiantes et un garçon efféminé! Elizabeth est une femme superficielle qui ne supporte plus son mari et subit son mariage adouci par les richesses qu’il lui apporte! Jane multiplie les grossesses et est épuisée par un mariage qui ne comble pas son mari volage. Kitty est devenue une sotte coquette qui ne vit que pour la mode et les colportages. Quant à Lydia, elle est devenue une alcoolique qui trompe son ennuie dans les bras de tous les hommes qui se présentent! Mary est épargnée: son envie de briser les chaînes de sa vie de femme soumise, souhaitant vivre à l’égale des hommes, un besoin d’émancipation, de lutte pour les droits de la femme.

Si faire de Mary une héroïne ne pouvait être mis en valeur que par les malheurs qui accablent ses sœurs, il aurait mieux valu ne jamais écrire ce roman qui se révèle rapidement insipide. J’avais envie d’en connaitre d’avantage sur la discrète Mary Bennet mais pas au détriment du bonheur de ses sœurs (quoi que le sort de Lydia m’importe peu)! C’est une offense à Jane Austen et ses fans! Peut-être ce roman eu-t-il été plus appréciable si les personnages étaient tous inconnus du lecteur, mais la suite rocambolesques des mésaventures des sœurs Bennet ne me laisse pas beaucoup d’espoir sur ce point…

Fan de Jane Austen et/ou d’Orgueil & Préjugés, passe ton chemin!

Publicités

10 commentaires sur “décadence de la famille Bennet

  1. J’aime beaucoup les romans de cet auteur mais ce roman ne me tentait pas trop, d’autant plus que Mary n’est pas un personnage que j’affectionne énormément.;)

      1. oui… Mary Bennet décide de goûter à tout ce qu’elle n’a pu découvrir avant la mort de ses parents et elle se donne entièrement à un gentleman… sur la fin du roman uniquement si je me souviens bien mais bon faut le savoir.

      2. Ok ! C’est un cadeau du swap de l’an dernier, je ne connaissais pas ce titre avant. C’est vrai que c’est bien d’être au courant.

      3. je lis de la romance érotique donc ça ne devrait pas me gêner mais dans le monde de Jane Austen ça me choque en fait et puis ça ne correspond tellement pas à l’image qu’on se fait de Mary Bennet…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s