vidéo

Les sept fils du Général Yang

yangTitre: Saving General Yang

Réalisateur: Ronny Yu

Acteurs: Adam Cheng, Ekin Cheng, Bo Yu, Vic Chou, Chen Li, Raymond Lam, Wu Chun, Xin Bo Fu

Présentation:

986 après J-C. La Chine est menacée par les Khitans dont l’armée est aux portes du territoire.
L’Empereur envoie ses deux plus valeureux guerriers, le Général Yang et le Commandant Song, au front pour combattre l’ennemi.
Voulant venger l’assassinat de son fils par l’un des fils de Yang, Song abandonne le Général dans les lignes ennemies.
Les 7 fils du Général Yang s’engagent alors dans une quête épique à la recherche de leur père. Face à une armée de 3 000 soldats, ces experts de la guerre seront prêts à tout pour ramener leur père sain et sauf et sauver l’honneur de la famille…

Ce que j’en pense:

Mon mari est fan de cinéma asiatique (Hong-Kong tout particulièrement), je savais donc que je lui ferais plaisir en lui proposant de voir Saving General Yang qui ne m’intéressait que pour son casting :p ( Vic Chou et Wu Chun issus de séries tv taïwanaises).

Le scénario se base sur des faits historiques mais la réalisation se contente de jouer sur les scènes d’action au profil du contexte et des personnages. Au lieu de voir une fresque historique, j’ai donc vu un film d’action… et j’ai vraiment horreur des films d’action, ils sont vides, insipides… Le seul intérêt réside dans les combats aériens qui donnent plus d’ampleur.

J’ai tout de même était touchée par l’empathie que les frères Yang ont les uns envers les autres, pas de rivalités fraternelles, ils s’aiment profondément et veillent les uns sur les autres au prix de leur vie s’il le faut!

Un film assez moyen au final, qui plaira certainement aux amateurs de films d’action et/ou hongkongais!

vidéo

L’amour rend vivant

warm bodiesTitre: Warm Bodies

Réalisateur: Jonathan Levine

Acteurs: Nicholas Hoult, Teresa Palmer, Analeigh Tipton, Rob Corddry, Dave Franco, John Malkovitch…

Présentation:

Un mystérieux virus a détruit toute civilisation. Les rescapés vivent dans des bunkers fortifiés, redoutant leurs anciens semblables devenus des monstres dévoreurs de chair.
R, un mort-vivant romantique, sauve contre toute attente Julie, une adorable survivante, et la protège de la voracité de ses compagnons. Au fil des jours, la jeune femme réveille chez lui des sentiments oubliés depuis longtemps… Elle-même découvre chez ce zombie différent autre chose qu’un regard vide et des gestes de momie…
Perturbée par ses sentiments, Julie retourne dans sa cité fortifiée où son père a levé une armée. R, de plus en plus humain, est désormais convaincu que sa relation avec Julie pourrait sauver l’espèce entière… Pourtant, en cherchant à revoir Julie, il va déclencher l’ultime guerre entre les vivants et les morts. Les chances de survie de ce couple unique sont de plus en plus fragiles…

Ce que j’en pense:

Encore un film de zombies mais là on est dans le zombie soft, malgré quelques scènes pas très ragoutantes! Du zombie pour ado qui vulgarise complètement le genre, façon Roméo et Juliette (R et Julie) avec une histoire d’amour entre un zombie et une humaine, entre un mort et une vivante!

L’originalité est que l’état de zombie est en fait un état de mort apparent et non une fin en soi, en effet il s’agit plus ou un moins d’une maladie virale curable! Et la solution n’est pas un traitement médicamenteux mais l’amour, la chaleur humaine! A partir du moment où les humains et les zombies interagissent et prennent soin les uns des autres, les « symptômes » s’estompent jusqu’à guérison complète. Bien sûr ce ne serait pas du Roméo et Juliette s’il n’y avait pas une guerre entre les deux familles: s’opposent donc les « squelettes », stade terminale du zombie si je puis dire, ceux qui ont abandonné toute humanité et qui sont arrivés à un point de non -retour, et les Hommes qui vivent pour la survie du peu d’entre eux et refusent de croire que l’amour rend vivant 😉

Une comédie romantique à zombie-land, un peu molle du genoux, mais avec un casting très agréable!

A noter: il s’agit d’une adaptation du roman éponyme de Isaac Marion, publié aux éditions Le Livre de Poche.