challenge·roman ado / young adult·roman jeunesse

Le journal d’Adèle

journaladèleAuteure: Paule du Bouchet

Illustrateur: Alain Millerand

Editeur: Folio

Collection: Junior

Pages: 141

Date de parution: octobre 2010

Quatrième de couverture:

Jeudi 30 juillet 1914… Adèle commence le journal qu’elle a reçu pour Noël : un ami, auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets. Les années passent dans le petit village de Crécy, en Bourgogne, rythmées par les travaux des champs, les nouvelles du front… La guerre tue, mutile les affame les gens de « l’arrière », endeuille les campagnes. Adèle grandit et rêve de devenir institutrice dans un monde meilleur…

Ce que j’en pense:

30 Juillet 1914, Adèle va sur ses quatorze ans. Elle est la troisième d’une famille de quatre enfants, et la seule fille. La Première guerre mondiale est imminente et Adèle ressent le besoin de se confier à quelqu’un. C’est comme ça qu’elle décide de commencer à écrire un journal.

Il y a d’abord eu l’annonce de la guerre vécue comme une fête, puis la mobilisation des hommes, toutes les familles voyaient partir un fils, un époux, un fiancé… commence alors l’attente, l’inquiétude… la réquisition des chevaux… l’attente, l’annonce des premiers morts, le deuil et l’attente encore… perquisition du blé, du vin, des boeufs… et toujours cette attente gorgée d’espoir, puis la mobilisation des hommes plus âgés, encore assez valides pour aller au combat. Parfois un évènement heureux: l’annonce d’un mariage, une naissance apporte une alcamie et un peu de bonheur, mais très vite l’horreur de la guerre reprend le dessus menant inéxorablement vers la mort; et enfin l’annonce de la fin de la guerre dont chacun se réjouit même si les blessures restente présentes dans les coeurs et les esprits, même si chaque famille porte le deuil…

« Comme elles sont douloureuses, ces séparations! Douloureuses au point de maudire ces permissions tant désirées… »

Roman épistolaire sur fond de première guerre mondiale, on suit Adèle et sa famille, ses amis, et les habitants de son village, Crécy en Bourgogne, pendant les quatre longues années que durera la guerre. Au travers de cette jeune fille, Paule du Bouchet relate la vie de ceux qui n’étaient pas sur le front, les femmes en premier lieu, mais également les enfants et les vieillards. Son récit est d’une justesse touchante, presque pudique, emprunte d’une émotion douloureuse qui m’a bouleversé d’un bout à l’autre du roman.

liste_La-premiere-guerrte-mondiale_3384

Publicités

2 commentaires sur “Le journal d’Adèle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s