BD/manga

Les carnets de Cerise – 1 – Le zoo pétrifié

cerise1Auteur: Joris Chamblain

Illustratrice: Aurélie Neyret

Éditeur: Soleil

Collection: Métamorphose

Pages: 80

Date de sortie: 26 septembre 2012

 

Présentation éditeur:

Cerise est une petite fille âgée de 11 ans qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière. Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner leurs secrets. Comme Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ?
Suivez Cerise au cœur de la forêt, pour sa première enquête.

Ce que j’en pense:

Je vais commencer ce billet en remerciant (encore) ma moitié qui m’a offert les trois volumes des Carnets de Cerise pour Noël.

Cerise est une fillette de bientôt onze ans qui vit seule avec sa mère et qui aime écrire. Pour l’encourager à écrire, sa mère lui offre un carnet dans lequel Cerise nous raconte ses aventures pleines de mystéres et d’humanité. Car Cerise n’est pas une fillette comme les autres, elle aime observer les gens et son empathie est si profonde qu’en cherchant à résoudre le mystère qui les entoure, elle les aide à ouvrir leur coeur et redonner un sens à leur vie. Son intelligence et sa bonté d’âme réchauffent les coeurs blessés et tristes.

Dans ce premier volume, Cerise fait la connaissance de Michel, un vieil homme qui peint avec un talent incroyable, donnant vie à ses dessins qu’il fait évoluer au fil du temps. Sous le trait magnifique d’Aurélié Neyret, Cerise prend vie dans un album original où se mêlent des pages de bandes dessinées, du journal de la fillette, de photos, de coupures de journaux. Les couleurs automnales apportent une grande chaleur emprunte de douceur, renforcant les sentiments mis en avant par Joris Chamblain: l’entraide et la chaleur humaine.

Un grand moment de lecture, touchant, captivant.

vidéo

L’enfant au grelot – Le film

grelotRéalisateur: Jacques-Rémy Gired

Genre: Court métrage d’animation

Format: 28 minutes

Sortie DVD: décembre 2008

Synopsis:

Après une tempête de neige, un bébé est retrouvé par un facteur au milieu de la forêt. Il tient serré dans sa main un curieux grelot… Le jeune Charlie grandit dans un orphelinat en compagnie de six autres garçons. Quelques jours avant Noël, Charlie accompagne son meilleur ami le facteur qui doit apporter les lettres que les enfants ont écrites au Père Noël…

Ce que j’en pense:

Critique qui arrive un peu tard puisque les fêtes sont passées mais nous avons vu et eu un gros coup de coeur pour l’adaptation animée de L’enfant au grelot. Très fidèle à l’album que ce soit au niveau du dessin ou de l’histoire, ce court métrage est un très beau conte de Noël où un petit garçon donne le sourire à tous ses proches par son bonté et sa gentilesse.

grelot1Charlie est un petit orphelin trouvé un pleine nuit dans une forêt, un mystérieux grelot à la main. Il vit dans un petit orphelinat avec d’autres petits garçons et fait la tournée avec son ami facteur. A l’approche de Noël, celui-ci ne peut emmener Charlie avec lui, les enfants ne peuvent pas voir le Père Noël… Un peu de mystère, un peu de magie, une animation agréable et une jolie bande, un doublage amusant, L’enfant au grelot est un pure bonheur d’animation pour petits et grands.

Ma note: 9/10

challenge·roman

Il était une fois – 5 – La jeune fille à la tour

ieuf5Titre vo: Once upon a tower

Auteure: Eloisa James

Traductrice: Maud Godoc

Editeur: J’ai lu

Collection: Aventures & Passions

Pages: 410

Présentation éditeur:

De passage à Londres, le duc de Kinross succombe au charme de la ravissante Edith Gilchrist. Parée de toutes les qualités nécessaires à une épouse, elle joue en prime divinement bien du violoncelle. Quelques baisers volés leur promettent déjà mille délices. Pourquoi faire traîner les fiançailles ? Le mariage est rondement célébré. Mais, contre toute attente, la nuit de noces se passe mal. La jeune femme s’isole dans la plus haute chambre du château de Craigievar. Et Gowan se retrouve face à un sacré défi : conquérir le coeur et le corps de la Belle de la Tour… sa duchesse.

Ce que j’en pense:

Edith, ravissante jeune fille, virtuose au violoncelle, se voit fiancer au duc de Kinross qui a précipité les fiancailles afin de s’éviter de perdre du temps en bagatelles. Faire la cour et compter fleurette ne sont pas nécessaire, ce ne serait qu’une pure perte de temps puisqu’il est persuadé qu’aucune autre jeune fille ne pourra ravire son coeur. Quelques baisers leur promettent déjà bien des merveilles et alors qu’Edith se laisse porter par sa passion, Gowan (le duc) préfère attendre sa nuit de noce pour défleurer sa fiancé. Car un duc se doit de respecter l’étiquette et sa future duchesse. Lorsque le moment arrive enfin, rien ne se passe comme prévu, la jeune fille se ferme dans sa détresse, se sautant fautive de ne pas ressentir le plaisir que son duc tente désespérément de lui donner.

Un cinquième (et dernier?) volet qui m’a bien moins plu que les autres (au dessus du précédent quand même). Les personnages manquaient de profondeurs et leur histoire manquait cruellement de romantisme. Leur problème tient principalement dans le manque de communication et leur besoin de contrôle. Edith maîtrise sa musique qu’elle vit avec passion dans laquelle son mari ne trouve pas sa place. De son côté, Gowan est un homme rigide dont la vie est milimetrée comme du papier à musique, ses journées ne peuvent subir aucune perturbation sans que ça ne devienne problématique; et sa vie amoureuse s’en trouve grandement perturbée puisqu’il n’accorde du temps à son épouse que si son emploi du temps le lui permet. Le final tombe comme un couperet, pas le temps de se rendre compte qu’ils ont réglé leur histoire, qu’ils se retrouvent sous la couette et que l’on a tourné la dernière page. Grosse déception donc…

babelio 20142015

tourner-la-page-1