ebook·roman

La dernière Duchesse

La_derniere_duchesse

 

Titre vo: My last Duchess

Auteur: Daisy Goodwin

Traductrice: Nine Cordier

Editeur: Milady

Pages: 523

 

 

Présentation éditeur:

Cora Cash est belle, pleine d’esprit, et à la tête d’une fortune colossale. Mais sa mère rêve de la seule chose qu’elle ne pourra pas lui acheter en Amérique : un titre de noblesse.Envoyée de l’autre côté de l’Atlantique, la jeune femme fait forte impression auprès de la bonne société anglaise et trouve un bon parti. Dans les courants d’air qui traversent les somptueuses demeures de l’aristocratie, la délicieuse Américaine a tôt fait de déchanter. Cet univers impitoyable regorge de pièges et de trahisons qui risquent fort de provoquer sa chute. Pour y échapper, l’enfant gâtée va devoir se métamorphoser en femme accomplie.

Ce que j’en pense:

Cora Cash est une jeune américaine aussi belle que riche, aussi gâtée qu’en manque d’affection. Sa mère, qui ne vit que pour le luxe et les relations, l’envoie en Angleterre pour lui fournir ce que l’argent ne peut acheter, un titre. Bien entendu le fait que Cora soit la plus riche héritière au monde ne semble pas être une façon d’acheter un titre en attirant un coureur de dot, aussi lorsque le Duc de Wareham la demande en mariage, il ne fait aucun doute aux yeux de la jeune fille qu’il s’agit d’un mariage d’amour. Alors que leur histoire s’engage sous les meilleurs hospices, Cora se retrouve bientôt au coeur de la société aristocratique anglaise en proie aux rumeurs qui viennent entâcher sa réputation et semer la doute dans l’esprit d’Ivo, son jeune époux. Elle se retrouve bientôt isolée de tous dans son domaine où elle peine à trouver sa place…

lastduchess mylastduchess

Il n’est pas facile d’écrire une critique sur ce roman qui m’a été assez pénible à lire sur plus de la moitié. La raison principale étant l’étalage massif des richesses de Cora et de sa famille, la surabondance de biens et le besoin presque compulsif de posséder la robe de l’Impératrice ceci ou la dentelle de la Reine cela. Le sommum étant atteint lors de la description du trousseau de mariage de la jeune femme allant du nombre de paires de gants à la couleur de ses ombrelles en passant par la qualité de ses dessous sans oublier les bijoux incrustés dans ses déshabillés… autant de descriptions futiles qui allourdissent le récit déjà assez costaud. Pourtant, une fois que Cora se retrouve seule, quasi abandonnée, le ton change et les émotions dépeintes sont d’une telle justesse que je me suis sentie gagnée par l’affection pour cette jeune femme qui cache sa fragilité sous des falbalas et pierres précieuses.

Daisy Goodwin signe une romance historique où l’on retrouve tous les codes du genre: complots, trahisons, intrigues, amour, passion et personnages auréolés de mystères, mais où l’originalité tient dans la confrontation entre deux mondes que tout oppose: l’Angleterre et ses titres ronflants où les apparences font fie du reste et le Nouveau monde et ses modernités. Cora lutte et dénonce les incohérences de la bonne société, tentant d’apporter de la fraîcheur à des traditions surannées. Par ailleurs, sa position dans la société et son éducation font d’elle une jeune femme sûre d’elle qui n’a pas peur d’affirmer ses idées et de dire tout haut ce qu’elle pense, ne se laissant pas marcher sur les pieds par les douairières qui veulent tout régencer. Cora n’est pas qu’une jolie femme élégante, elle est aussi intelligente et philantrope. Son intégrité n’a pourtant d’égale que sa naïveté qui la place souvent en position de faiblesse, l’achevant à coups de rumeurs et de coups bas portés avec autant de soin que de hargne par des concitoyennes qui placent leurs pions avec l’aisance de la dissimulation.

americanheiressL’auteur entoure son héroïne de personnages très intéressants, loin des banales personnages secondaires, qu’ils soient de sa classe sociale ou ses inférieurs. Ivo, duc de Wareham, est sans doute le plus mystérieux de tous, il est d’une ambiguïté déconcertante et place le lecteur en position d’incertitude quand à ses intentions. Pourtant il est attachant et donne envie de croire en lui; même si dès le départ, une part de son secret était assez évidente, l’impatience d’en découvrir l’intégralité a été le moteur permettant d’aller au bout de cette lecture.

En conclusion, La Dernière Duchesse est une romance historique originale qui tire sa force dans la confrontation de deux mondes opposés. L’écriture est souvent lourde mais le récit est porté par la force de sa jeune héroïne et ses personnages mystérieux qui font de ce roman une lecture mitigée mais intéressante.

Publicités

Un commentaire sur “La dernière Duchesse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s