BD/manga

Marie-Antoinette – La jeunesse d’une reine

antoinette

 

Auteur: Fuyumi Soryo

Traducteur: Patrick Honnoré

Editeur: Glénat

Collection: Seinen

Pages: 180

 

 

Quatrième de couverture:

Vienne, 1770. La jeune « Antonia », archiduchesse d’Autriche et fille de l’impératrice Marie-Thérèse, entreprend un voyage en France pour vivre auprès de son époux, Louis-Auguste, dauphin de France. Ils ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus, et pourtant ils se sont jurés amour et fidélité afin de réconcilier leurs nations respectives. Après une rapide présentation à celui dont elle devra partager la vie, Antoinette se retrouve propulsée dans un nouveau monde: la cour de Versailles. C’est là, dans cet environnement aux codes si déroutants, qu’elle va apprendre à découvrir la personnalité d’un homme quelque peu mystérieux: le futur Louis XVI, roi de France… L’amour pourra-t-il naître d’un mariage arrangé?

Ce que j’en pense:

« Antonia » n’a que quatorze ans quand elle quitte son pays, l’Autriche, pour la France où l’attend Louis-Auguste, le Dauphin. Leurs royales parents ont organisé leur mariage afin d’unir durablement leur pays. Outre le fait qu’elle ne connait pas son époux, Marie-Antoinette va devoir apprendre à vivre à la Cour de Versailles faites de devoirs et de règles qui la dépassent, privée de toute la liberté dont elle bénéficiait jusqu’alors. Faire sa place ne sera pas facile pour cette jeune fille qui va devoir apprendre à s’entourer et à s’affirmer.

La sortie d’un manga de Fuyumi Soryo est toujours un événement en soi, aussi lorsque Babelio me propose de le lire dans le cadre d’une opération « masse critique privilège », c’est carrément une fête!

Fuyumi Soryo  a ce talent et ce trait unique qui donne des airs d’oeuvre d’art à chacune de ses planches. Bénéficiant d’une entrée libre au château de Versailles, elle a pu retranscrire le plus fidèlement possible le mobilier, les tapisseries et autres objets du décorum riches en détails. Malgré les quelques libertés prises, on ne peut qu’apprécier la recherche et le travail de l’artiste. En ce qui concerne les personnages, ils sont physiquement à l’image des protagonistes des autres séries de l’auteur mais pas forcément réalistes. Ainsi Louis-Auguste, futur Louis XVI apparaît comme un beau et grand jeune homme, bien loin de l’image que l’on a de lui au travers des descriptions ou des tableaux d’époque. J’ai aussi été surprise par la relation entre les deux jeunes époux loin de ce qu’on en lit habituellement. Louis-Auguste nous est présenté comme un adolescent assez sûr de lui (en dehors d’une ou deux scènes où sa timidité semble resurgir) alors qu’il est généralement décrit comme un garçon maladroit et timide, mal à l’aise en présence de son épouse qui irradie de lumière et de beauté. Les premières planches nous présentent un couple uni et dégageant amour et affection. Maintenant on peut comprendre que pour rendre l’histoire plus romantique, l’auteur aie fait le choix de prendre des libertés qui permettront au lecteur de s’attacher plus facilement aux personnages ou de les rendre plus sympathiques.

Marie-Antoinette – La Jeunesse d’une reine reste un très beau titre, visuellement très esthétique mais dans lequel on ne retrouve pas la précision historique dont on pouvait s’attendre de la part de l’auteur de Cesare. La fan de la mangaka et de Marie-Antoinette que je suis apprécie malgré tout ce titre pour la qualité technique.

massecritique

Je remercie Babelio et les éditions Glénat pour cette offre de masse critique.

 

Publicités

Un commentaire sur “Marie-Antoinette – La jeunesse d’une reine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s