roman jeunesse

Anne d’Avonlea

anne2

 

Titre vo: Anne of Avonlea

Auteur: Lucy Maud Montgomery

Traductrice: Hélène Rioux

Editeur: Presses de la Cité

Pages: 332

 

 

Quatrième de couverture:

Quand Matthew Cuthbert, son père adoptif, meurt subitement, Anne renonce à ses études et choisit de rester aux Pignons verts, aux côtés de Marilla. C’est ainsi qu’à seize ans et demi, elle se retrouve institutrice à l’école d’Avonlea. Au cours des deux années qui suivent, Anne se dévoue corps et âme à l’enseignement, et fait partager ses connaissances aux enfants avec la fougue et la passion qui la caractérisent. Et quand les jumeaux Dora et Davy, orphelins eux aussi, arrivent aux Pignons verts, Anne et Marilla voient leur belle sérénité s’évanouir, car les deux garnements vont leur en faire voir de toutes les couleurs… Anne d’Avonlea, c’est le portrait inoubliable d’une jeune fille du début du siècle, impétueuse et espiègle, d’une charmante naïveté, convaincue qu’un jour, elle parviendra à changer le monde.

Ce que j’en pense:

Anne a désormais seize ans et enseigne à l’école d’Avonlea. Entre son travail et l’éducation des jumeaux que Marilla a recueilli, elle ne manque pas d’ouvrage. Pourtant elle trouve encore le temps de créer avec Gilbert et d’autres jeunes d’Avonlea, une société d’amélioration visant à rendre la vie plus agréable. Entre les anciennes et les nouvelles amitiés, Anne grandit et ouvre son cœur à tous ceux qu’elle aime et qui le lui rendent. Son impétuosité et sa naïveté lui jouent parfois des tours mais Anne maintient sur la vie un regard empli d’optimisme.

Deuxième volet de la saga, Anne d’Avonlea, nous amène à nouveau sur l’île du Prince Edouard auprès de l’inimitable Anne Shirley. Entre son nouveau voisin au mauvais caractère, les jumeaux qui lui mènent la vie dure et ses nouvelles amitiés, Anne continue à s’entourer d’âmes sœurs et à profiter de ce que la vie lui offre. Lucy Maud Montgomery, originaire de l’île, dépeint les paysages et la vie de ses habitants avec de nombreux détails donnant une valeur documentaire à son roman qui nous en apprend toujours plus sur les us et coutumes de l’époque. L’écriture est toujours aussi agréable; les émotions sont dépeintes avec beaucoup de réalisme et de pudeur; l’humour omniprésent apporte beaucoup à l’ensemble et allège des situations parfois plus sombres et difficiles. Anne n’a pas fini de nous étonner et c’est toujours un bonheur que de la suivre.

jeterminece-que-jentreprends-2016

Autre volume

anne1

Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

De cape et de mots

de_cape_et_de_mots

 

Auteur: Flore Vesco

Éditeur: Didier Jeunesse

Collection: Fiction

Pages: 192

 

Quatrième de couverture:

Au palais, les demoiselles de compagnie se succèdent. Aucune d’elles n’est capable de satisfaire les caprices d’une reine tyrannique. Serine décide de tenter sa chance. Avec son franc-parler et sa joie de vivre, la jeune fille va semer la zizanie au sein de la cour… Sans se douter qu’elle est en train de risquer sa vie!

Ce que j’en pense:

A la mort de son père, Serine décide de prendre son destin et celui de sa famille en main. Pour s’éviter un mariage de convenance qui les sauverait tous de la ruine, elle se rend à la cour pour devenir demoiselle de compagnie de la Reine. Espiègle, pleine de vie et d’humour, Serine est loin d’être une demoiselle conventionnelle. Elle parvient pourtant à survivre à l’épreuve et à se faire une petite place. Mais à la cour où les rivalités et les jalousies sont au cœur des relations, la jeune fille se fait rapidement évincée; cependant au lieu de s’enfuir, elle décide de remettre tout le monde à sa place…

Flore Vesco signe un premier roman exceptionnel de par sa qualité narristique dont l’intrigue allie avec brio aventures et humour. L’écriture entraînante est d’une grande richesse linguistique, donnant la part belle aux jeux de mots et aux répliques acerbes et cinglantes. Serine est une héroïne pleine de piquant qui a fort à faire pour déjouer les complots, sauver les plus démunis et survivre à ses ennemis. Heureusement elle est entourée d’amis étonnants voir surprenants qui sont prêts à tout pour lui venir en aide.

De cape et de mots est un roman palpitant qui multiplie les situations cocasses et les jeux de mots, fariboles et autres calembours. Un roman à découvrir, un auteur à suivre!

 

Lu à deux voix avec Martin, 13 ans

masse critique·roman ado

Le fils de l’Ursari

ursari

 

Auteur: Xavier-Laurent Petit

Editeur: L’école des loisirs

Collection: Medium

Pages: 270

 

Quatrième de couverture:

Quand on est le fils d’un montreur d’ours, d’un « Ursari », on sait qu’on ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Harcelés par la police, chassés de partut, Ciprian et sa famille finissent par relâcher leur ours et partent se réfugier à Paris où, parait-il, il y a du travail et plein d’argent à gagner. A peine arrivés dans le bidonville, chacun se découvre un nouveau métier. Daddu, le montreur d’ours, devient ferrailleur. M’man et Vera sont mendiantes professionnelles, Dimetriu, le grand frère, est « emprunteur » de porte-feuilles et Ciprian son apprenti. Un soir, Ciprian ne ramène rien de sa « journée de travail ». C’est qu’il a découvert le paradis, « le jardin du Lusquenbour » où il observe en cachette des joueurs de « tchèquématte ». Le garçon ne connait rien aux échecs mais s’aperçoit vite qu’il est capable de rejouer chaque partie dans sa tête. C’est le début d’une nouvelle vie pour le fils de l’Ursari…

Ce que j’en pense:

Le fils de l’Ursari est un roman qui aborde avec sensibilité, délicatesse et humour un phénomène de société qui nous touchent au quotidien; nous, citadins, qui voyons apparaître des bidonvilles aux abords de nos villes et qui côtoyons la misère des immigrés clandestins sans même lever un sourcil à leur main tendue.

Xavier-Laurent Petit nous entraîne sur les chemins tortueux du déracinement des roms, véritable trafics humains, qui atterrissent en France, le cœur empli d’espérances et qui font rapidement face à des désillusions: pas de logement, pas d’argent, pas de travail… ils vivent dans des conditions insalubres, partageant leur cabanon avec les rats et autre vermine, se démenant pour trouver de quoi se nourrir et surtout de quoi rembourser le réseau mafieux qui les a mis là.

Pour Ciprian il existe pourtant un peu de lumière, un peu d’espoir… lorsqu’il découvre, dans les allées du parc du Luxembourg, les échecs. Rapidement il apprend les règles en regardant les habitués, et lorsqu’une personne au grand cœur se penche avec bienveillance sur son cas, l’espoir prend l’allure d’une réalité plus lumineuse.

Le fils de L’ursari est un magnifique roman aux personnages attachants, qui montre qu’une main tendue peut faire bien des choses.

 

Je remercie les éditions L’école des loisirs et Babelio pour cette magnifique découverte.

massecritique