ebook·roman

Outlander 4: Les Tambours de l’Automne

Titre vo: Drums of Autumn

Auteur: Diana Gabaldon

Traducteur: Philippe Safavi

ÉditeurJ’ai Lu

Format Ebook (1144 pages)

 

Quatrième volet de la saga, Les tambours de l’automne m’a d’abord semblé mal engagé. En effet, les premiers chapitres sont une accumulation de scènes assez vides qui n’ont que peu de sens dans l’intrigue. Cependant, on prend conscience peu avant la fin du premier quart (un long quart vu l’épaisseur du roman) que tout amène au questionnement du couple sur son avenir dans le Nouveau Monde. La mise en avant des esclaves et des amérindiens est cependant intéressante et assez bien amenée. L’auteur exprime clairement les sentiments de ses deux protagonistes vis à vis de ces deux nations en fonction de leur culture différente principalement liés à leur vécu ou leur époque.

En parallèle, on suit le cheminement de Brianna (et de Roger) pour retrouver la trace du couple Fraser, puis leur voyage dans le temps. Chacun va vivre des épreuves assez difficile, et même si j’ai ressenti de la peine pour Brianna, je dois dire que j’ai surtout été choqué du traitement réservé à Roger. Mais qu’a donc fait ce pauvre garçon à Madame Gabaldon pour en baver autant? C’était limite, j’ai cru qu’elle allait le tuer tout simplement et sans aucune raison… Et tout ça pour quoi? Rassurer les personnages (ou le lecteur) sur la solidité du jeune couple qu’elle semble vouloir intégrer pleinement à son histoire? Mouai…

Dans ce volume, la narration se tourne surtout sur les besoins d’avoir un chez soi, d’appartenir à une famille et sur l’importance pour Claire et Jamie de créer un foyer. Jamie prend un domaine en main et devient le laird qu’il était destiné à devenir de par son éducation. L’Histoire passe au second plan mais on découvre les peuples amérindiens et leur culture, tantôt pacifique, tantôt guerrière, mais aussi leurs croyances et leur façon de vivre avec l’homme blanc. Ils apportent une certaine magie à l’intrigue; les esprits semblent omniprésents et donnent un côté plus symbolique à des événements trop encrés dans l’imaginaire.

Je dois avouer que malgré quelques lacunes, cette série a un petit quelque chose qui la rend addictive; je ne me lasse pas de suivre les aventures de Claire et Jamie, même si c’est parfois un peu trop ennuyeux ou tiré par les cheveux à mon goût… Je suis curieuse de voir ce que l’auteur va encore inventer pour que l’histoire reste aussi prenante sans lasser son lectorat.

Pour fuir l’oppression anglaise, Claire et Jamie embarquent pour le Nouveau Monde, où ils espèrent enfin trouver la paix. Toutefois, lorsqu’ils échouent sur les rivages de Caroline du Nord en 1767, l’Amérique est à l’aube de son Indépendance : tandis que la révolution se prépare, les deux amants vont une fois de plus être emportés par le tourbillon de l’Histoire.

Restée en sécurité dans le XXe siècle, leur fille Brianna cherche à percer le secret de sa naissance. Quand elle découvre qu’un sort tragique guette ses parents, elle met tout en oeuvre pour les rejoindre dans le passé… avant que les portes du temps ne se referment sur eux.

Autres Volumes

théâtre

Le corbeau et le renard et compagnie

 

Auteur: Pascale Petit

Editeur: L’école des loisirs

Collection: théâtre

Pages: 62

 

Nous connaissons tous la fable de La Fontaine, Le corbeau et le renard, mais Pascale Petit a imaginé une suite délirante dans laquelle le renard apparaît moins rusé lorsqu’il rencontre une vache, un paresseux, un paon, une tortue ou encore « une chouette », des dodos et j’en passe.

Lue à trois voix, cette pièce nous aura bien fait rire et aura permis de chasser des nuages de colère et de tristesse qui se baladaient au dessus de mes adorables petites têtes blondes. Mention spéciale pour la vache, premier animal à entrer en scène, qui nous aura fait mourir de rire avec ses questions sur son anatomie et ce qu’elle inspire au renard. Le texte est accessible, riche en idées et en situations amusantes. L’avoir lu à trois a permis de faire toutes les voix et d’avoir une approche du jeu théâtral.

La collection « théâtre » des éditions l’école des loisirs offre un large choix de pièces accessibles pour les enfants qui permettent de découvrir le théâtre dans la joie et la bonne humeur.

Le renard est le roi de l’entourloupe. A force de flatteries, il a réussi à chiper le fromage du corbeau lequel a juré, honteux et confus, qu’on ne l’y prendrait plus. Mais, pour le renard, la fable continue. Sous l’arbre, il attend donc le corbeau pour époustoufler de son baratin. Or ce n’est pas lui qui vient mais une vache impatiente, un paresseux délirant, un paon déprimé, deux dodos… sans parler d’un kakurlacko! Et aucun de tous ceux-là, vraiment, n’a l’air de vouloir s’en laisser conter.

roman jeunesse

Vladimir et Clémence

Auteur: Cécile Hennerolles

Illustratrice: Sandrine Bonini

Editeur: Grasset Jeunesse

Collection: Lecteurs en Herbe

Pages: 80

 

Vladimir et Clémence c’est l’histoire d’une jolie rencontre entre un jeune photographe et une jeune femme invisible. Il aime les vieille chose et le calme, elle aime le rouge et les gens. Posant un œil artistique sur le monde, Vladimir voit les choses que les autres ne voient pas, et c’est sans doute grâce à cela que Clémence lui apparaît dans sa robe rouge… Mais l’amour n’est pas toujours facile et le manque de confiance en soi peut tout détruire. Pourtant l’amour transcende, l’amour nous rend unique aux yeux de l’autre, l’amour nous permet de voir ce que les autres ne voient pas…

Vladimir et Clémence est un roman illustré pour lecteurs en herbe, un peu rétro dans son style, sa mise en page, ses couleurs mais intemporelle dans la rigidité de sa couverture, l’épaisseur du papier, son histoire d’amour sincère et ses valeurs véhiculés: la confiance en soi, l’amour, la sincérité. Finalement aimer s’est aussi s’aimer comme on est et accepter l’autre avec ses qualités et ses défauts. Une jolie romance juste et touchante qui met du baume au cœur, à mettre dans les mains de tous nos enfants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce matin-là, lorsque Vladimir appuya sur le bouton qui fait clic de son appareil photo, il se passa une chose bizarre, surprenante, incroyable, abracadabrante, extraordinaire. Il avait devant lui… une femme invisible! Mais comment apprivoiser une femme invisible qui habite dans une maison hantée et sème des petits cailloux blancs sur son chemin? Vous le découvrir en lisant l’histoire d’amour étrange et merveilleuse de Vladimir et Clémence…