roman jeunesse

Béatrice l’intrépide

Auteur: Matthieu Sylvandeur

Illustrateur: Perceval Barrier

Éditeur: l’école des loisirs

Collection: neuf /maximax

Pages: 93

 

Béatrice l’intrépide se compose de deux contes qui défient les codes du genre en inversant les rôles masculins et féminins. L’héroïne est une jeune fille courageuse, prête à tout pour défendre la veuve et l’orphelin; Béatrice a tout du preux chevalier des contes et autres récits moyenâgeux. Tous les rôles importants sont féminins (princesses, bandites, cheffesse, reine, villageoises), alors que les rôles masculins sont secondaires voir absents.

Thème en vogue en ce moment, la place des femmes dans la société est un sujet fort mis en avant dans un texte bourré de clins d’œil et dans lequel les anachronismes (console de jeux vidéos, téléphone portable…) amènent un côté décalé très divertissant. Le narration est rythmée, le texte de Matthieu Sylvandeur riche en vocabulaire féminisé et surtout, très drôle. Les illustrations de Perceval Barrier sont par ailleurs en total accord avec l’histoire et son contexte. On en redemande!

Gabrielle trouve que ce titre est: « Génial car pour une fois c’est une fille qui vient au secours des plus faibles. Béatrice est forte, courageuse et réussit toujours à trouver des solutions pour résoudre les situations difficiles. C’est très drôle!« 


Troisième livre de notre abonnement à l’école des max, il sera un excellent outil pour un travail de vocabulaires mais aussi pour un approche du thème « chevalier/Moyen-Age » et les codes de ce genre littéraire, la façon dont Matthieu Sylvandeur les détourne au profit des filles etc… Je ferai un billet à part.


« Je me présente: Béatrice l’Intrépide, aventures en tout genre, héroïsme, redressement de torts, secours aux victimes, défense de la veuve et de l’orphelin. J’affronte les brigands, je découpe les dragons en tranches, je délivre les princesses. Si vous avez besoin de mes services, criez! L’œil et l’oreille toujours aux aguets, je saurai où vous trouver. » Béatrice l’Intrépide est fort sollicitée ces derniers temps. Il lui faut secourir un prince atteint d’un mal mystérieux et débarrasser la région d’une bête démoniaque. Ne la plaignez pas! Elle adore ça.

Publicités
IEF·musée

Musiques! Echos de l’Antiquité (expo)

Ce jeudi 11 janvier, j’ai emmené mes filles et mon deuxième fils (Thomas, 15 ans) visiter l’exposition « Musiques! Echos de l’Antiquité » avant qu’elle ne s’achève. (clic sur l’image ci-dessous pour accéder au site du musée). Nous avons affronter le froid et le brouillard sans aucun regret au vu de la qualité de notre journée (nous sommes restés près de cinq heures dans le musée).

Comme son nom l’indique l’exposition, présentée au Louvre-Lens, est consacrée à la musique dans les grandes civilisations antiques. Véritable voyage dans le temps, on y découvre les différentes fonctions que la musique pouvait prendre dans les sociétés. Le musée nous dévoile un ensemble d’oeuvres d’art, mais aussi des instruments d’époque, des partitions sur papyrus, sans oublier les représentations de musiciens sur des tombeaux, mosaïques etc qui sont autant de fragments de la mémoire de nos ancêtres qui n’ont pu laisser de traces auditives de leur art.

Nous avons été charmé par l’exposition . Les filles (8 ans 1/2) ont aimé découvrir des instruments antiques; les documents mis à la disposition des visiteurs (plaques informatives, casques pour découvrir le son de certains instruments) ont aussi trouvé intérêt à leurs yeux et oreilles. Elles ont été déçue de ne pas trouver le livret-jeux (en rupture, victime de son succès). Thomas a aimé mais sans apporter plus de commentaires. Pour ma part, J’ai beaucoup apprécié la sélection des oeuvres, la présentation et la lumière des vitrines et les informations. En revanche, je suis moyennement convaincue par la présentation en compartiments, qui bien qu’intéressante de par le cloisonnement des thématiques, rendait la visite étouffante; effet sans doute accentué par la forte fréquentation.

 

Après la pause déjeuner, nous avons visité la Galerie du temps (que nous n’avions pas encore eu le temps de découvrir) et j’ai été beaucoup plus réceptive à la présentation « ouverte » des oeuvres dans ce très grand espace, lumineux, aérée. Les enfants ont apprécié la frise chronologique gravée au mur qui permet de se situer dans le temps. Quant aux filles, elles ont adoré le petit livret jeux qui leur a permis de suivre un parcours sans s’imposer toutes les oeuvres – très nombreuses, elles leur auraient rendu la visite indigeste après l’expo.

Si vous avez l’occasion de vous rendre sur Lens ce week-end je ne peux que vous encourager à aller faire un tour au Louvre. L’entrée est gratuite pour tous! Si vous y aller avec des enfants, sachez que le livret-jeux de l’exposition est en téléchargement gratuit: ici.

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Madame Pamplemousse et la confiserie enchantée

Titre VO: The Enchanted Sweet Shop

Auteur: Rupert Kingfisher

Illustratrice: Sue Hellard

Traductrice: Valérie Le Ploubinec

Editeur: Albin Michel Jeunesse

Collection:  Witty

Lu à deux voix avec Gabrielle

Troisième et dernier volet de la série, La confiserie enchantée est un condensé d’émotions et de rencontres qui vont permettre à la jeune Madeleine de grandir, mûrir. En effet, souffrant de sa timidité et de l’attention que la notoriété lui apporte, elle se retrouve victime de harcèlement à l’école. Ne sachant comment en parler à son amie Madame Pamplemousse, la jeune fille trouve du réconfort auprès d’une mystérieuse Madame Bonbon, qui sous des dehors adorables, se révèle être une affreuse sorcière au dessein tout aussi affreux. Elle cherche par tous les moyens à découvrir les secrets de Madame Pamplemousse et de son percolateur… l’occasion de découvrir quelques traces du passé de cette dernière.

Rupert Kingfisher nous fait vivre des aventures toujours aussi fantastiques et magiques auprès de Madeleine, qui se trouve en bien mauvaise posture. Il en profite pour aborder la difficulté d’intégration des enfants différents et dénoncer le harcèlement scolaire. L’écriture est toujours aussi sympathique bien que moins drôle; les mésaventures de Madeleine ne nous la rende que plus touchante, sa fragilité et sa différence apparaissent alors comme une force dont elle pourra tirer partie pour grandir sereinement. Au dessin, on retrouve Sue Hellard qui enchante et ravie toujours par la qualité de son trait illustrant parfaitement l’univers magique de l’auteur.

C’est l’hiver à Paris. A l’école, Madeleine est harcelée par une nouvelle élève, la fascinante Mirabelle. Désespérée et trop honteuse pour se confier à madame Pamplemousse, c’est auprès d’une certaine madame Bonbon, propriétaire d’une étrange confiserie, qu’elle trouve du réconfort… Les sucreries que madame Bonbon offre à Madeleine ont un puissant effet magique, et s’ils la rendent tout d’abord assez forte pour affronter Mirabelle, ils la plongent bientôt dans un monde enchanté fort inquiétant, où elle pourrait bien demeurer à jamais si personne ne se soucie d’elle… Car, qui est vraiment madame Bonbon? Et quel mystérieux lien la rattache à madame Pamplemousse?

Les précédents volumes

IEF

Les cours EAD

Quand nous avons fait le choix de l’instruction en famille, nous ne pensions pas suivre le modèle scolaire. Nous voulions offrir plus de liberté et d’autonomie dans les apprentissages à nos enfants. Cette liberté et leurs personnalités très différentes ont créé une différence dans le rythme des acquisitions de chacune de nos filles en « français ». Par ailleurs, Juliette a d’avantage besoin d’être encadrée, accompagnée dans ses apprentissages. Il faut chaque jour un long étayage et elle a besoin d’être rassuré sur ses compétences pour avancer. Il a donc fallu que je me dégage du temps pour elle, et cela tombait bien car Gabrielle avait besoin de plus d’autonomie. Je me suis donc penchée sur les cours par correspondances (CPC). Pour une première approche, je n’avais que peu de critères de sélection: le prix et la qualité des cours.


Les cours EAD sont à la Belgique ce que le CNED est à la France. A cela prêt que le coût de la scolarité, complète ou partielle, est bien moins élevé chez nos voisins belges.

Les Tarifs (avec comparatif au CNED pour information):

EAD : 25€ par enfant pour une année (date à date) quelque soit le nombre de « modules » choisis et l’année de formation.

CNED pour les inscriptions libres: 779€ pour une année scolaire par enfant en scolarité complète / 229€ pour une matière, 172€ la 2é matière, 149€ le 3é matière et suivantes (tarifs qui croissent avec le niveau de formation).

La formation:

Pour le primaire, les cours proposés se composent uniquement de français et de mathématiques jusqu’à la fin de la 4é année (4é primaire = CM1). Il est possible de ne suivre qu’une des deux matières ou les deux. Nous avons opté pour le français uniquement, notre méthode de maths nous convenant (je reviendrai dessus dans un autre billet).

Dans le cas de la 4ème Primaire, les cours sont composés de 6 modules, 3 en français, 3 en maths, globalement une répartition des cours sur trois trimestres. Chaque modules compte 8 semaines de travail réparti sur 5 jours.

Le contenu:

Comme je l’ai dit plus haut, nous n’avons pris que le français. Les fichiers sont basiques, en noir et blanc mais la mise en page reste claire et aérée. Les cours sont bien construits, progressifs et très riches en exercices d’application. Tout se passe sur Internet, les cours sont téléchargeables dès qu’on remet les devoirs de la semaine précédente (exception faite des deux premières semaines: la première est accessible hors inscription, la deuxième après validation et correction de la semaine 1).Les textes proposés à l’étude, à la copie ou à la dictée, et les poésies à apprendre font partis des classiques, ils sont choisis pour leur qualité et leur richesse en vocabulaires. Gabrielle, qui adore les beaux textes, et est sensible à la musicalité des mots, se dit enchantée par ces cours et a déjà demandé à poursuivre pour le niveau suivant… A la fin de chaque cours, il y a des devoirs à faire et à renvoyer à la correction (en une fois pour la semaine) dont des sujets d’expression écrite intéressants qui invitent l’enfant à la réflexion. Le travail est noté sur 100 et, même si les commentaires sur la copie sont minimes, la correction est toujours accompagnée d’un mot du tuteur qui félicite et encourage l’enfant. Le but de la note est principalement de pointer du doigt les notions qui méritent d’être revues et non de classer l’enfant.

(un petit clic pour voir les images en plus grand)

Le niveau:

Comme nous avons inscrit notre fille courant décembre, nous n’avons testé que les quatre premières semaines de travail mais nous avons déjà pu constater que le niveau est au dessus de celui des manuels de français dernière génération (2016). On est sur 1 an à 1 an 1/2 au dessus, donc plus sur ce qui correspond à un niveau CM2/6é. Il est intéressant de constater que les apprentissages du primaire sont principalement axés sur les fondamentaux, indispensables pour écrire correctement.

album·Documentaires /Livres jeux·IEF

Le Vol du Grizzly

Auteur/Illustrateur: Fabian Grégoire

Éditeur: l’école des loisirs

Collection: Archimède

Pages: 45

 

 

Premier livre de notre abonnement à l’école des Max (dont je vous avais parlé ici), Le Vol du Grizzly est un album documentaire écrit et illustré par Fabian Grégoire qui s’inspire de l’un de ses voyages et de ce qu’il y a appris. C’est un ouvrage qui aura marqué notre fin d’année 2017 et qui nous occupe encore tant il offre d’ouvertures et de possibilités en terme d’apprentissages et de discussions: les ours, les amérindiens et leur art, les hydravions, la Colombie Britannique…

L’album est divisible en deux parties, la première étant l’histoire et la seconde le documentaire qui, illustré par de nombreuses photographies, apporte des informations sur les différents thèmes abordés. Je découvre Fabian Grégoire au travers de cet album et il est évident que je ne vais pas m’arrêter là. Outre l’intérêt didactique de ses récits, je suis sous le charme de son talent de dessinateur. Il rend accessible à de jeunes lecteurs des informations multiples au travers d’un texte de qualité et d’informations concises et riches à la fois. Par ailleurs, l’aventure et le dépaysement éveillent l’intérêt du lecteur à un monde qu’il ne connait pas forcément.

C’est aussi pour nous l’occasion de découvrir la collection Archimède des éditions L’école des loisirs et si tous les titres sont de cet acabit, je pense que nous n’auront aucun mal à les lire.

Voyager en avion est un plaisir, sauf en compagnie d’un ours. Bien sûr, on a pris soin d’endormir l’animal et de le mettre dans un filet. Mais il est du genre à se réveiller et à se débattre, et si le filet casse, qui sait ce qu’on risque. Mieux vaut donc se poser de toute urgence. Une fois posé, sera-t-on hors de danger? Ce n’est pas garanti. Un grizzly en colère devient une bête féroce, terriblement belliqueuse et acharnée, et qui court trois fois plus vite qu’un homme… 


Comme dis plus haut, dans le cadre de l’instruction en famille, nous nous appuyons sur cet album pour travailler. Mes filles ont choisi de commencer par les ours avant d’enchaîner sur les amérindiens. 

L’intérêt de l’abonnement réside aussi dans le gain de temps qu’offre le dossier pédagogique téléchargeable sur le site. Ce dossier apporte de nombreuses pistes à explorer et fait des liens avec d’autres supports.

Bonus proposé

Histoires d’Ours

Il s’agit d’un jeu de MEMORY. A chaque mise en paire constituée on obtient une fiche de présentation de l’ours découvert avec un lien pour pousser plus loin la découverte. Exemple: l’ours brun/grizzly.

Les Ours

Nous avons ouvert le sujet avec un reportage.

Les filles ont ensuite fait une recherche sur le net pour connaître les différentes espèces et leur répartition géographique. Et ont ensuite utilisé le résultat de leurs recherches pour réaliser une affiche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques liens:

Carte de répartition des ours

Les espèces d’Ours

Le Museum National d’Histoire Naturel (visite prévue)

 

Des Livres Nous sommes allées à la médiathèque et avons emprunté les rares documentaires disponibles.

L’ours, un géant pas si tranquille. Petit livre documentaire très accessible (dès 5/6 ans). Il y a peu de texte mais on y trouve l’essentiel au sujet des ours. Par ailleurs, les illustrations de Franck Stéphan sont sublimes de réalisme. On aime la sensibilisation à la menace d’extinction qui pèse sur eux.

 

Les Ours. Un documentaire plus complet d’Elisabeth Mauris aux éditions Milan Jeunesse. Sans aucun doute le livre qui nous a été le plus utile. Les photos et illustrations sont magnifiques.

 

Des films/documentaires

Nous avons commencé avec L’ours de Jean-Jacques ANNAUD. Grand moment partagé en famille.

Puis il y a eu Grizzly, le film de Disneynature, plus familial et qui tient plus du documentaire. Magnifique!

A voir

Et à revoir

 

Des mises à jours  suivront sur ce notre prochain thème: les amérindiens. Si vous avez d’ailleurs des conseils en documentaires, films ou livres sur le sujet, n’hésitez pas. Notre seule exigence est que ce soit accessible pour des enfants de 8/9 ans.

 

roman·roman ado / young adult

Sauveur & Fils – Saison 3

Auteur: Marie-Aude Murail

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Medium

Pages: 318

 

En plus des patients rencontrés dans les saisons précédentes, de nouveaux viennent s’ajouter et permettent d’aborder de nouvelles problématiques telles que la dépendance aux nouveaux modes de communications (téléphone portable, tablette…), la pression scolaire, le deuil, les psychoses et autres névroses. Quand survient l’attentat qui coûta la vie à tant de personne au Bataclan de Paris, la panique s’installe… Cependant, cette troisième saison se passe d’avantage dans le milieu privé de Sauveur. Il se remet en question et se demande quelle place il est prêt à donner à Louise, sa petite amie, à Gabin, l’ado qui squatte son grenier, ou Jovo, le SDF dont il ne sait toujours rien mais qui a pris sa place dans son foyer.

Sauveur & Fils est une série originale qui permet à Marie-Aude Murail d’aborder tout un tas de sujets, que ce soit en cours des séances de psychologie ou dans le quotidien. Chacun fera forcément face à des situations qu’il connait. La salle d’attente sera toujours ouverte aux patients réguliers ou occasionnels et gardera toujours une chaise pour accueillir les nouveaux. Toujours aussi captivante, cette saison 3 reste dans la ligné des précédentes; l’écriture est belle, la narration toujours aussi captivante et saupoudrée d’une bonne dose d’humour. A lire sans modération!

Au numéro 12 de la rue Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètres pour 80 kg. Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher ou comme Gervaise Germain qui s’interdit de prononcer le son « mal » par crainte qu il ne lui arrive un MALheur. Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l attention de ses parents, Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe, Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu il passe ses nuits dans World of Warcraft, Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide ou sa soeur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »…Sauveur peut-il les sauver ? Il n a que le pouvoir de la parole. Il ne croit pas au Père Noël, mais il croit en l’être humain. 

Volumes précédents