album

Armstrong, l’extraordinaire voyage d’une souris sur la Lune

Armstrong – Die abenteuerliche Reise einer Maus zom Mond

Auteur/ Illustrateur: Thorben Khulmann

Traducteur: Anne-Judith Descombey

Editeur: NordSud

Pages: 124

 

Armstrong est le récit du parcours d’une petite souris fascinée par la Lune qui va mettre toute son énergie dans ses recherches et expérimentations pour être la première souris à y poser la patte.

L’histoire prend place dans l’Amérique des années cinquante dont l’ambiance est magnifiquement mise en images par le trait rigoureux de Thorben Khulmann qui nous transporte littéralement dans le passé. Ses illustrations sont d’une précision incroyable tant au niveau des décors que des personnages animaux et humains et subliment un texte didactique qui fait écho à la recherche aérospatiale et à la conquête spatiale humaine. Les informations sont apportées avec clarté et suffisamment de simplicité pour les rendre accessibles à tous. Armstrong est une invitation à l’aventure, un album intelligent et mignon à la fois.

L’album est enrichi d’un dossier de l’histoire de l’astronautique qui permet d’attiser notre curiosité et notre esprit d’aventure.

Juliette et Gabrielle n’auront pas attendu que je leur en fasse la lecture à voix haute, elles se sont appropriées l’album dès qu’elles en ont vu les premières pages. Complètement séduites par le réalisme des dessins, la mignonnerie de la petite souris, elles ont lu et relu l’histoire d’Armstrong qui leur a permis de découvrir des engins spatiaux qu’elles ne connaissaient pas et de se poser tout un tas de questions: « et il y a vraiment un morceau qui se détache du module? », « l’homme a vraiment utilisé ce genre d’engin? », « Ca vole vraiment? »…

Il y a bien des années, une petite souris apprit à voler et traversa l’Atlantique. Mais qu’arriva-t-il ensuite…? Une fabuleuse et fascinante expédition sur la Lune.

album

Inis Fáil – Le Peuple de Dana

Auteur: Michaël Lê

Illustratrice: Hélène Let

Editeur: Aleph

Collection: Grand Album

Pages: 48

 

Après Idunn et Gromislav, mes filles avaient très envie de poursuivre la découverte des albums des éditions Aleph. Leur choix s’est porté sur Inis Fáil pour un voyage en Irlande, en plein cœur de la mythologie celtique. Et une fois de plus la découverte est enchanteresse.

Le texte poétique de Michaël Lê est fait pour être lu à voix haute, l’auteur narre l’histoire comme un barde le ferait, accompagné de sa harpe celtique. Les illustrations pleines pages d’Hélène Let viennent sublimer le texte et la lecture par un trait précis, des couleurs froides en harmonie avec l’île verte et des détails qui les rendent presque vivantes, palpables. La lecture permet de découvrir un mythe oublié/inconnu et de se rendre compte que dans toutes les mythologies, il faut au moins un homme bon pour vaincre un tyran et permettre au peuple et au pays de se développer.

Nous avons déjà choisi le prochain titre qui rejoindra notre collection, mais je ne vous en dis pas plus 😉 ce sera pour l’année prochaine.

J’ai vu tant de choses que vous ne pourriez pas croire, et dont j’ai gravé le souvenir dans ma mémoire, de peur qu’elles ne se perdent dans l’oubli. J’ai vu la nuit et le jour, des éclairs déchirant le ciel, les ruines d’une monde englouti par des eaux torrentielles. J’ai vu des vaisseaux énigmatiques et colossaux, pourchassés par une lointine malédiction. J’ai entendu les forêts chanter la venue d’un Haut Roi et les montagnes pleurer la disparition d’un autre. Et tous ces instants d’éternité où les héros de jadis sont devenus des légendes…

album·masse critique

Gromislav – Le Géant qui couvait la Terre

Auteure: Carole Trébor

Illustrateur: Tristan Gion

Editeur: Aleph

Collection: Grand Album

Pages: 48

 

Gromislav est un gentil géant qui vit parmi ses pairs sur l’île de Bouïane auprès des dieux. Il n’aime rien tant que rêver, la nature et toutes les créatures que les dieux ont créé, avec une préférence pour les oiseaux avec qui il aimerait pouvoir voler. Les Assilki sont un peuple barbare et destructeur dont les colères ont finit par lasser Rod, dieu parmi les dieux, créateur de l’Univers, qui décide d’utiliser la création de son fils Svarog pour les exiler: La Terre sera leur terre d’accueil. Si cela convient parfaitement à Gromislav qui trouve la nature accueillante et la vie confortable, ses frères ne voient pas cela d’un bon œil et décident de se venger des dieux en se liant à un diable, Sivyï. S’en suit de terribles événements qui viennent expliquer les différentes étapes de la création de notre planète et l’apparition de la vie sur Terre.

Gromislav est un récit cosmogonique, un récit de la création, mais c’est aussi et surtout une fable écologique très actuelle. En effet, si l’on retrouve les différentes étapes de la naissance de notre monde de façon très imagée, le personnage de Gromsilav est un gentil géant qui veut protéger la terre et les animaux qu’il aime tant et ce, quel que soit le prix à payer pour y parvenir. S’il a tout de l’anti-héros, il n’en reste pas moins attachant et ne manque pas d’attiser la sympathie et d’éveiller les esprits à la protection de la planète.

Les éditions Aleph nous entraînent cette fois-ci à la découverte de la mythologie slave et c’est un véritable bonheur que de suivre les aventures de ces dieux et créatures mythologiques inconnus. Les illustrations de Tristan Gion sont absolument merveilleuses et viennent sublimer le texte de Carole Trébor par les couleurs chaudes et tout un tas de petits détails que l’on prend plaisir à découvrir. L’éditeur recommande cet album pour les plus de 7 ans et je suis d’avis que c’est une indication à suivre car certaines des illustrations pourraient effrayer les plus jeunes et le texte peut être plus difficile à comprendre en deçà de cet âge.

Je remercie chaleureusement les Editions Aleph et Babelio pour cette offre de Masse Critique.

Il est là, sous nos pieds, le géant assoupi, sous l’humus de nos forêts, le bitume de nos villes, sous les plages et les champs, les plaines et les vallées, sous les fleuves et les mers. Sentez-vous son souffle dans le vent de l’hiver? Avez-vous aperçu son reflet entre les nénuphars d’un étang? Vous le connaîtrez, un jour ou l’autre, si vous êtes attentifs au vent qui frôle la lumière, aux paroles des arbres et à la danse des vagues.

album·masse critique

Idunn

Auteure: Anne-Claire Bondon

Illustrateur: Tristan Gion

Editeur: Aleph

Collection:  Grand Album

Pages: 48

Alors qu’ils partent chasser en forêt, Odin, Loki et Hœnir quittent les terres d’Asgard et se perdent sur les terres des Géants, Jötunheim. Piégés par le géant Thjazi, les trois dieux ne doivent leur salut qu’à la ruse de Loki qui promet en secret de livrer la déesse Idunn et ses fruits merveilleux qui donnent le jeunesse éternelle. Ainsi privés des fruits d’Idunn, les dieux vieillissent et croient arrivé le jour du Ragnarök. S’en suit un conseil qui détermine la culpabilité de Loki et le désigne pour le sauvetage de la déesse enlevée…

Idunn est un album magnifique qui dépoussière le mythe nordique de la déesse de l’éternelle jeunesse Asyne. Sur un texte drôle et dynamique d’Anne-Claire Bondon et les illustrations originales aux couleurs chaudes de Tristan Gion, Idunn est un album résolument moderne qui dénote d’un travail de passionnés. Les éditions Aleph sont toutes jeunes et proposent un catalogue original et riche en découvertes, spécialisés dans la réécriture de mythes, contes et légendes du monde. Mes filles et moi-même découvrons cette maison d’éditions avec ce titre poétique et déjà nous savons que nous ne nous arrêterons pas là. Aleph s’inscrit dans la catégorie des maisons d’éditions sur lesquelles on peut compter quand on cherche la qualité, tant en terme graphique que littéraire.

Je remercie les Editions Aleph et Babelio pour ce voyage onirique.

Il y a fort longtemps dans les neuf royaumes du grand Nord scandinave, les dieux Odin, Loki et Hoenir partirent chasser loin des murailles d’Asgard, leur forteresse céleste. Égarés sans le savoir aux confins des vallées glacées de Jötunheim, le royaume des Géants, les trois dieux se retrouvent en proie au maléfique Thjazi, métamorphosé en aigle. Le Géant force alors Loki à une sombre promesse en échange de la vie : Loki consent à livrer aux Géants Idunn, la déesse de la jeunesse éternelle ! Comment les dieux vont-ils pouvoir sauver Idunn ?

album·Lecture à voix haute

Le Train Fantôme

 

Auteur: Didier Lévy

Illustrateur: Pierre Vaquez

Editeur: Sarbacane

Pages: 40

A l’approche de la Fête des Morts, j’avais envie d’une lecture effrayante et mon choix c’est porté sur cet album de Didier Lévy dont la couverture, en plus d’être magnifique, me semblait parfaitement dans le ton recherché. Mais Le Train Fantôme va bien plus loin et se révèle être une histoire d’amour porteuse d’espoir.

Lorsque Jonas quitte la maison et ne revient pas, Lina, sa jeune sœur, part à sa recherche dans une fête foraine abandonnée où elle sait qu’il traîne souvent. En pénétrant dans le train fantôme, elle est loin de se douter qu’il va se mettre en route et l’emmener dans une aventure remplie de monstres qui la conduit au royaume des morts.

Si l’histoire paraît au premier abord assez simple, on perçoit rapidement une ambiance assez sombre et des thématiques difficiles. Entre les rapports conflictuels adultes/ado, la fugue et le voyage au pays des morts, on perçoit la détresse de deux enfants et le désir de mort d’un adolescent mal dans sa peau. Il faudra toute la tendresse d’une enfant aimante et une main tendue pour empêcher un passage à l’acte radical.

Pourtant le texte se veut tout en retenu, presque poétique, et ne laisse qu’entrevoir le désespoir de Jonas. C’est Lina qui porte le récit avec espoir et optimisme. Les illustrations de Pierre Vaquez, très sombres, viennent sublimer l’histoire et mettre en avant tout le dramatique de la situation. C’est un gros coup de cœur!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jonas, le grand frère chéri de Lina, a disparu… Du haut de ses 8 ans, la fillette courageuse part à sa recherche… et ce ne sont pas quelques monstres et squelettes qui vont l’arrêter!

album

Le Garçon du Phare

 

Auteur/Illustrateur: Max Ducos

Éditeur: Sarbacane

Pages: 64

 

J’ai découvert cet album sur L’île aux trésors, un blog que je suis depuis quelques temps maintenant. C’est tout d’abord la couverture qui m’a attiré, si belle par la profondeur des couleurs et de la « prise de vue », et l’avis d’Isabelle a fini de me convaincre que Le Garçon du Phare avait sa place sur nos étagères familiales.

Achetée pour une lecture à voix haute, c’est finalement une découverte individuelle et silencieuse qui s’est faite pour Gabrielle et moi. Gabrielle , 10 ans, s’est littéralement jetée dessus, le dévorant des yeux et se régalant du récit d’aventures dans lequel Max Ducos nous plonge avec un brin de poésie et une envie d’évasion aussi immense que l’océan. Je lui ai laissé le plaisir de le relire plusieurs fois avant de me plonger à mon tour dans cette lecture qui nous transporte dans l’imaginaire de l’enfance. Tant le texte que les illustrations sont une invitation au voyage mais ce sont ces dernières qui font de l’objet livre une véritable oeuvre d’art.

Je ne manquerai pas de le relire pour mon plaisir personnel mais également à voix haute pour mes deux filles. Le Garçon du Phare est un album pour tous sans limite d’âge qui met en avant la solidarité et l’entraide.

L’avis d’Isabelle!

« La peinture semblait si réelle que j’eus l’impression de sentir un vent chaud me caresser le visage. Enveloppé dans cette sensation mystérieuse, je touchai une pierre: je pouvais sentir sa surface rugeuse… Il me sembla même entendre de lointain cris de mouettes… N’y tenant plus, je plongeai à travers le mur, vers ce monde inconnu. »

album·Lecture à voix haute·masse critique·roman jeunesse

Pombo Courage

Auteur: Emile Cucherousset

Illustratrice: Clémence Paldacci

Editeur: MeMo

Collection: Petite Polynie

Pages: 45

Avec truffe et machinEmile Cucherousset nous avait déjà entraînés dans les délices de l’enfance. Dans Pombo Courage, il récidive et met en avant la force de l’amitié pour notre plus grand plaisir.

Pombo et Java sont deux ours qui vivent dans la même forêt et que tout oppose. Si Java est téméraire et adore crapahuter et grimper aux arbres, Pombo est paresseux et préfère le confort que lui procure ses chaussons bien chaud et n’aime rien moins que rêvasser et dormir. Java aura beau user de toute la force de sa persuasion pour que Pombo sorte de sa zone de confort, il n’obtiendra que l’attitude bougonne et nonchalante de son compère. Pourtant, quand le danger menace, Pombo trouve au fond de lui le courage nécessaire de venir en aide à son ami.

Emile Cucherousset signe un nouveau titre merveilleux autour de l’amitié et du courage qu’il faut savoir trouver au fond de soi pour la préserver. Ses deux héros sont très touchants et il ne fait aucun doute que chaque lecteur sera capable de s’identifier à l’un ou l’autre, ou d’y retrouver ses proches. Le texte est amusant, riche et à la porter des jeunes lecteurs dès 7 ans. Les illustrations de Clémence Paldacci, un brin rétros, viennent compléter le récit avec finesse et douceur.

Je remercie Babelio et les éditions MeMo pour cette offre de masse critique qui nous a, mes filles et moi-même, complètement séduites.

Pombo n’aime rien de plus que passer ses journées à siroter un jus de fruit gorgé d’écume, les doigts de pieds bien au chaud dans ses chaussons. Parfois, la faim ou le sommeil l’obligent à tendre le bras pour attraper un quignon de pain ou à faire une petite sieste sur son rocking-chair, mais rien ne trouble ses rêvasseries, bien à l’abri du monde. Alors quand son Java, si intrépide, lui demande de l’aider à construire une cabane en haut d’un chêne vertigineux pour observer le lointain, Pombo Fainéant fait sa mauvaise tête. Sa tête d’ours qui va compter les mouches, les pieds sur terre. Chez lui, le lointain, c’est en esprit, les yeux fermés. Mais Java, lui, a un autre plan. Un plan délicat à coups de tomahawk et d’escalades dangereuses. Un plan parfait pour Pombo Courage.