ebook·roman

Agatha Raisin enquête, tome 16. Jamais deux sans trois

Agatha Raisin, book 16. The Perfect Paragon

 

Auteure: M.C. Beaton

Traductrice: Béatrice Taupeau

Editeur: Albin Michel

format ebook (306 pages)

 

Alors que la boutique tourne au ralenti, Agatha sent poindre le troisième âge. Entre rhumatisme et ennuie, elle fait la triste constat de sa solitude extrême. Alors que la déprime la guette et qu’elle doute de bien fondé de son entreprise de détective privé, elle relance sa boutique en acceptant des recherches d’animaux, d’adolescents et la filature d’une épouse suspectée d’adultère par un mari jaloux et violent. Après avoir reconstitué une équipe de choc, dont un jeune homme très prometteur, voilà qu’elle découvre le corps sans vie d’une jeune fille disparue. Lorsque le corps du mari jaloux est retrouvé peu de temps après, Agatha ne veut pas croire à des crimes isolés. Lorsqu’une troisième victime vient faire le lien entre les deux premières, elle est certaine que ces meurtres sont liés.

Seizième volet des enquêtes d’Agatha Raisin, la quinqua au franc parlé qui met toujours son nez là où rode le danger. Si Agatha n’est pas au top de sa forme, on ne peut pas dire que l’intrigue n’est pas intéressante. Rondement menée par une équipe de détectives amateurs perspicaces aux personnalités divers et originales, l’enquête laisse peu de place aux fioritures. Agatha a moins de temps pour ses amis, elle se maintient occupée mais éviter de se sentir seule. Toujours aussi naïve et espérant que le grand amour va venir frapper à sa porte, elle se fait de nouveau séduire avant de finir blessée et déçue, mais elle peut compter sur l’amitié sincère de Charles, Roy et Mrs Bloxby. Mais pourront-ils la protéger d’elle-même et de la surprise qui l’attend à la dernière page? La suite nous le dira…

Lasse de courir après des chats et des chiens égarés, Agatha accepte la sollicitation d’un certain Robert Smedley : cet homme fortuné est persuadé que son épouse le trompe. Rien de plus tentant pour notre extravagante Agatha que de coincer la jeune, jolie et très dévote Mrs Smedley, un peu trop parfaite pour être honnête. Mais c’était compter sans une autre affaire de disparition qui lui tombe sur le coin du nez. Jamais deux sans trois ?

ebook·roman

Agatha Raisin enquête, tome 15. Bal Fatal

Agatha Raisin, book 15. Deadly Dance

 

Auteure: M.C. Beaton

Traductrice: Esther Ménévis

Editeur: Albin Michel

format ebook (324 pages)

 

Ca y est! Agatha s’est décidée à ouvrir son agence de Détective Privée. Entre les recherches de chats perdus et les maris infidèles, c’est un peu le calme. Pourtant, lorsqu’une future mariée reçoit une lettre de menaces, Agatha est engagée par la mère de la jeune fille pour mener l’enquête et découvrir qui en veut à sa vie. En parallèle, Agatha a une nouvelle voisine, Emma, sexagénaire qui semble intelligente et efficace et qu’elle engage comme secrétaire pour son agence avant de lui confier quelques missions. Pourtant, c’est bientôt la vie d’Agatha qui est en danger et cela sème le doute et la confusion.

Tentative d’empoisonnement, infraction, cadavres, jalousie, agression physique et voyages sont au cœur de cette quinzième intrigue. Si la première moitié m’a semblé assez molle et donc pénible à lire, j’ai retrouvé un regain d’intérêt dans la seconde moitié, plus rythmée et dynamique. La présence de Charles, de Roy et bien entendu de Mrs Bloxby est un élément non négligeable à la réussite d’un roman d’Agatha Raisin, ils apportent avec eux un peu d’Agatha, dont les différentes facettes me désarçonnent parfois. Bien qu’intelligente, elle manque parfois de discernement et peut se montrer d’une naïveté extrême qui apporte un peu de douceur dans ce personnage à l’apparence revêche. Il était original que le nouvel occupant de l’ancienne maison de James Lacey soit une femme, mais au final voisine ou voisin, les liens avec Agatha sont toujours compliqués et tous ces personnages ne font que passer dans sa vie, comme un courant d’air plus ou moins agréable, l’auteure semblant chercher comment remplacer James…

Un quinzième volume agréable, qui sans être le meilleur de la série, reste une lecture plaisir idéale pour passer un bon moment de détente.

Calme plat dans les Cotswolds : pas un meurtre à la ronde pour notre détective préférée, Agatha ! Lorsqu’une riche divorcée lui demande d’élucider les menaces de mort dont sa fille Cassandra est victime, Agatha saute sur la proposition. Enfin une grosse affaire et sûrement un sacré coup de pub ! Elle ne croit pas si bien dire : lors d’un bal en l’honneur des fiançailles de Cassandra, elle déclenche une émeute en déjouant un assassinat… dont elle risque bien d’être la prochaine cible.

ebook·roman

Chroniques de Pemberley

 

Auteure: Marie-Laure Sébire

Editeur: Chiado

format ebook (555 pages)

 

 

Il y avait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans une lecture s’inspirant de Jane Austen et c’est avec plaisir que j’ai découvert ces Chroniques de Pemberley. Faisant suite directe au roman Orgueil & Préjugés, ce roman s’étale sur trente années et prend place principalement à Pemberley qui est au cœur du récit. Témoin du temps qui passe, il est le lieu de vie de plusieurs générations de Darcy, qui tous partagent un amour profond pour ces lieux dans lesquels ils ont tant de souvenirs à partager.

C’est une lecture agréable et qui mérite d’être lu. J’ai apprécié retrouver Elizabeth et Mr Darcy qui forment un couple charmant et dont les débuts m’ont paru tout à fait crédibles dans leurs conflits, leur attentes et leurs ententes, mais aussi dans leurs position et relations avec la bonne société anglaise. Mon grand regret dans cette première partie est le peu de place donnée aux autres personnages du roman d’origine; j’aurais aimé retrouver Mr Bennet et son humour délectable ou encore les Gardiner qui jouent un rôle important à la fin d’O&P et qui semblaient avoir noués des liens particuliers avec Mr Darcy. Même les sœurs de Lizzy ne sont finalement pas très présentes alors qu’il parait difficile d’imaginer Lizzy et Jane séparées plus que quelques semaines. Mais cela peut se comprendre par le fait que le véritable personnage principal du roman est Pemberley en lui-même et que la famille Bennet n’y a pas vraiment sa place. Nous assistons à nombres d’événements tels que naissances, mariages mais aussi deuils et l’auteure parvient à décrire de jolis moments émotionnellement forts.

Le gros point faible est la longue durée sur laquelle se déroule l’histoire. Trente longues années qui poussent forcément à placer sur le devant de nouveaux personnages, les enfants de Mr et Mme Darcy. Cependant retranscrire une si longue période en un seul roman ne laisse que peu de place pour développer les personnalités des personnages et je n’ai pour ma part pas sû m’attacher à cette fratrie. Je ne parle pas de leurs cousins que l’on ne fait que croiser et qui sont si nombreux qu’il n’est pas toujours facile de se souvenir qui est qui…

Enfin je terminerai pas un avis sur l’écriture. C’est peut-être un soucis lié à la version numérique mais j’ai relevé de nombreux problèmes de ponctuations qui posent soucis à la lecture, cassent le rythme; des erreurs de personnages aussi me semble-t-il… Mais ce n’est qu’un détail et ne remet pas en question la qualité de l’histoire. Il y a des passages intéressants, d’autres moins (je n’ai pas du tout aimé la tournure que prend l’histoire de Jane et Mr Bingley) mais ce sont des choix qui se respectent. Bravo à l’auteure pour l’originalité de son histoire et d’avoir su la rendre crédible sur bien des aspects.

En refermant le livre ou quand se termine le film « Orgueil et Préjugés » on se demande : « Et après ? » Jane Austen laissa en germe mille conflits, mille aventures dans une Angleterre en pleine mutation et dans un monde où les distances s’amenuisent au fil des années. Tout en respectant les personnages magistralement décrits par la grande dame de la littérature anglaise et même si vous n’avez pas lu son livre, l’auteur vous emmènera à Pemberley, la merveilleuse maison des Darcy où naquit une histoire d’amour qui passionna des générations. Vous verrez comment les difficultés mal enfouies se surmontent… ou non et comment les membres des générations futures seront tantôt acteurs de cette nouvelle ère qui s’ouvre à eux, tantôt victimes d’une société qui voit menacé son mode de vie ancestral.

ebook·roman

Agatha Raisin enquête, tome 14. Gare aux fantômes

Agatha Raisin, book 14. The Haunted House

 

Auteure: M.C. Beaton

Traductrice: Clarisse Laurent

Éditeur: Albin Michel

format ebook (342 pages)

 

Bien que n’ayant pas pris le temps de faire un billet depuis le septième volume, j’ai continué ma découverte de la saga Agatha Raisin. De qualité inégale, on a parfois le droit à un volume qui sort un peu du lot. Gare aux Fantômes fait parti de cette catégorie et vient relancer mon intérêt pour cette série.

J’ai particulièrement apprécié le début de l’intrigue qui, pour une fois, est une chasse au fantôme et non un meurtre. Alors que l’enquête semble vouée à l’échec, la propriétaire de la maison est retrouvée morte et relance l’intérêt d’Agatha, qui sera cette fois-ci secondée de son nouveau voisin, Paul. Intérêt qui les rapproche et les éloigne en même temps. On retrouve une Agatha séductrice qui tente de se convaincre que ses efforts vestimentaires n’ont rien à voir avec son charmant voisin; une Agatha maladroite et naïve, drôle, forte et pourtant fragile mais déterminée. Mais c’est surtout le retour de son ami Charles, qui se faisait plus rare sur les derniers volumes, qui vient ranimer la flamme. Il est vraiment, à mon sens, le personnage masculin le plus intéressant de cette série. Terriblement séducteur et coquin, il ne cache pas ses défauts qui le rendent tellement plus humain que tous ces hommes qu’Agatha idéalise. Son amitié pour elle est réelle et il se met (les met) parfois dans des situations cocasses pour lui éviter, du moins tenter de lui éviter, d’être blessée. Le duo Agatha/Charles est drôle et mérite d’être exploité d’avantage.

Gare aux Fantômes ne marquera pas les mémoires pour son histoire ou la qualité de l’enquête, comme toujours l’assassin se devine facilement, ses motifs sont par contre toujours moins évidents, car ce n’est pas ce qui fait la force de cette série. Si j’aime Agatha Raisin c’est pour l’humour et l’ambiance so british,  les quelques personnages récurrents qui sont devenus une véritable famille pour Agatha et pour la légèreté des textes, idéale pour tuer le temps pendant que j’attends les enfants à un cour de musique, de sport ou une rendez-vous médical.

Croyez-vous aux fantômes? Mrs Witherspoon, une vieille mégère détestée de ses voisins et de ses propres enfants, se plaint de visites spectrales. Chuchotements, bruits de pas, brouillard suspect… sa maison serait hantée! Les blagues vont bon train au village : mensonges ou hallucinations? Lorsque la vieille dame meurt dans des circonstances suspectes, plus personne ne rit : s’agit-il d’une farce qui a mal tourné ou d’un règlement de compte? Mrs. Whiterspoon avait-elle de féroces ennemis? Quels dangereux secrets abrite sa demeure? Agatha Raisin n’a plus l’âge de jouer aux fantômes mais bel et bien celui de traquer des meurtriers. Avec l’aide de son voisin, le charmant Paul Chatterton, elle compte bien démasquer ces « revenants » qui ont déjà fait beaucoup trop de mal.

ebook·roman jeunesse

La Sorcière de Magicville

 

Auteure: Stéphanie Lagalle

Editeur: Les 2 encres

Format ebook (127 pages)

 

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure, Stéphanie Lagalle, pour l’envoie de ce premier tome à l’occasion de la sortie du cinquième de la saga « Magicville ». Il n’est jamais facile d’écrire une critique dans ces conditions, mais on peut penser que l’auteure attend des critiques sincères et qu’elle est en droit de les obtenir. Je vais donc m’atteler à la tâche…

En premier lieu, je dois dire que j’ai aimé le synopsis et le monde dans lequel évolue les héros. La magie est originale et les sortilèges et créatures divers sont intéressants. L’auteure a plein de belles idées à exploiter mais… qui ne sont hélas pas assez développées. Et c’est vraiment le gros défaut de ce petit roman jeunesse, il manque de contenance. Les événements s’enchaînent trop rapidement sans que les héros ou le lecteur n’aient le temps de s’extasier devant l’univers fantastique qui s’ouvre à eux. Et c’est vraiment dommage car on sent vraiment que les idées sont là! Le rythme rapide devient un frein à l’évolution de l’histoire et des héros, qui à peine entrés dans le monde de la magie deviennent des magiciens capables de rivaliser avec un mage noir de haut niveau alors que des magiciens adultes aguerris ont échoué. Cela manque malheureusement de crédibilité…

Maintenant je ne peux pas dire que le roman est mauvais, l’écriture est agréable, et les idées vraiment intéressantes. Le texte mérite juste d’être retravaillé et enrichi.

Camille et Thibault ont dix ans, ils sont jumeaux. Cet été, ils passent leurs vacances chez leurs grands-parents à Magicville, un lieu dont on leur avait caché l’existence jusque-là. À leur grande surprise, ils découvrent qu’eux aussi, comme les habitants de la petite cité, possèdent des pouvoirs. Tout serait merveilleux si la sorcière Démonia n’avait décidé de s’emparer du trône du roi Barnabet. Les Protecteurs de la ville doivent intervenir et lutter contre ses maléfices. Du bien ou du mal, qui l’emportera ? Les enfants parviendront-ils à protéger leur famille et les habitants de Magicville face à leur ennemie avide de pouvoirs et prête à tout pour vaincre ?

ebook·roman

Agatha Raisin enquête, tome 7. A la claire fontaine

Agatha Raisin, book 7. The Wellspring of Death

 

Auteure: M.C. Beaton

Traductrice: Françoise du Sorbier

Editeur: Albin Michel

Format ebook (288 pages)

 

Dans ce septième volume, Agatha est enfin de retour avec ses répliques acerbes et son franc parlé, son humour so-british et son indélicatesse légendaire. Et ça fait du bien!

Ancombe, une bourgade voisine, est au cœur de l’intrigue avec l’exploitation d’une source. Entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre, la guerre semble déclarée. Aussi, lorsque Agatha découvre un corps dans la fontaine, elle n’hésite pas à accepter l’offre de Roy, son ami opportuniste, de faire la com pour la société d’exploitation de la source. Elle voit là l’occasion de s’infiltrer incognito et de commencer à enquêter l’air de rien. Toujours en froid avec James Lacey, elle commence son enquête seule, pendant qu’il mène la sienne de son côté. Bientôt rejointe par Charles, qui cherche à tromper son ennui, elle suscite sans s’en rendre compte la jalousie de James. Si la voir poursuivre son voisin a parfois été lassant, il est intéressant de voir que James peut être jaloux, même si son attitude continue d’être exécrable, injuste et blessante.

A la claire fontaine est un septième tome qui relève la série après quelques épisodes décevants. L’intrigue policière n’est pas forcément plus intéressante mais j’ai vraiment eu l’impression de retrouver l’Agatha des premiers tomes et l’humour caustique qui fait la force de cette saga.

s

Ancombe, paisible petit village, possède une source d’eau douce réputée pour ses bienfaits. Mais l’arrivée d’une société qui veut l’exploiter échauffe les esprits et divise les habitants  : s’enrichir ou renoncer à la paix  ? Lorsque Robert Struthers, le président du conseil municipal, est retrouvé assassiné, l’affaire prend une sale tournure. Pour y voir plus clair, Agatha Raisin décide d’aller à la source et se fait embaucher par la société…

ebook·roman

Agatha Raisin enquête, tome 6. Vacances tous Risques

Agatha Raisin, book 6. The Terrible Tourist

 

Auteure: M.C. Beaton

Traducteur: Jacques Bosser

Editeur: Albin Michel

Format ebook (288 pages)

 

Ce sixième tome est probablement celui qui m’aura le plus attristé. Après son mariage avorté avec James Lacey, Agatha le poursuit à Chypre – lieu initialement choisi pour leur lune de miel – et le comportement de celui-ci est si distant, si indélicat qu’il devient difficile de comprendre pourquoi Agatha lui court après.

Alors qu’ils se lancent dans une sorte de jeu du chat et de la souris, une touriste anglaise meurt sous les yeux d’Agatha, qui tout en se lançant dans l’enquête, doit faire face à des agressions et des menaces, tout en étant abonnée par James qui quitte le territoire pour affaires personnelles. Agatha se rapproche alors de Charles, un baronnet rencontré lors d’une Randonnée Mortelle, qui bien qu’amical est un macho insensible.

Loin de chez elle, sans ses amis, Agatha nous apparaît moins pétillante. Par ailleurs, elle pose sur elle un regard plutôt pessimiste; perpétuellement rabaissée par James, elle en vient à perdre confiance en elle-même et se laisse flatter par le premier venu pour se sentir désirable. Il est souvent question de ses tenues et du soin qu’elle apporte à son maquillage… et des regrets d’en avoir usé par quarante degrés à l’ombre. Agatha m’est apparue un peu moins Agatha et j’ai été déçu de ne pas retrouvée son tempérament habituel et son humour. Cela reste pourtant une lecture plaisir, un petit moment de détente.

God damned ! Voilà que James Lacey, le charmant voisin d’Agatha Raisin, a disparu ! Renonçant à lui passer la bague au doigt, comme il le lui avait promis. C’est mal connaître Agatha. Délaissant son village des Cotswolds pour Chypre, où James et elle avaient prévu de célébrer leur lune de miel, elle part sur les traces de l’élu de son coeur, bien décidée à lui remettre la main dessus ! Mais à peine l’a-t-elle retrouvé, pas le temps de s’expliquer : une touriste britannique est tuée sous leurs yeux. Fidèle à sa réputation, Agatha se lance dans l’enquête, quitte à laisser filer James, las de ses excentricités…