roman·roman ado / young adult

Sauveur & Fils – Saison 3

Auteur: Marie-Aude Murail

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Medium

Pages: 318

 

En plus des patients rencontrés dans les saisons précédentes, de nouveaux viennent s’ajouter et permettent d’aborder de nouvelles problématiques telles que la dépendance aux nouveaux modes de communications (téléphone portable, tablette…), la pression scolaire, le deuil, les psychoses et autres névroses. Quand survient l’attentat qui coûta la vie à tant de personne au Bataclan de Paris, la panique s’installe… Cependant, cette troisième saison se passe d’avantage dans le milieu privé de Sauveur. Il se remet en question et se demande quelle place il est prêt à donner à Louise, sa petite amie, à Gabin, l’ado qui squatte son grenier, ou Jovo, le SDF dont il ne sait toujours rien mais qui a pris sa place dans son foyer.

Sauveur & Fils est une série originale qui permet à Marie-Aude Murail d’aborder tout un tas de sujets, que ce soit en cours des séances de psychologie ou dans le quotidien. Chacun fera forcément face à des situations qu’il connait. La salle d’attente sera toujours ouverte aux patients réguliers ou occasionnels et gardera toujours une chaise pour accueillir les nouveaux. Toujours aussi captivante, cette saison 3 reste dans la ligné des précédentes; l’écriture est belle, la narration toujours aussi captivante et saupoudrée d’une bonne dose d’humour. A lire sans modération!

Au numéro 12 de la rue Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètres pour 80 kg. Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher ou comme Gervaise Germain qui s’interdit de prononcer le son « mal » par crainte qu il ne lui arrive un MALheur. Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l attention de ses parents, Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe, Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu il passe ses nuits dans World of Warcraft, Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide ou sa soeur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »…Sauveur peut-il les sauver ? Il n a que le pouvoir de la parole. Il ne croit pas au Père Noël, mais il croit en l’être humain. 

Volumes précédents

Publicités
roman ado / young adult

Bjorn le Morphir

 

Auteur: Thomas Lavachery

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Médium

Pages: 207

 

Bjorn, douze ans, nous est présenté comme un garçon timide, la goutte au nez, proche de sa mère, et peu porté sur les armes. Il ne promet rien en comparaison de son frère, d’un an son aîné, qui fait la fierté de leur père. Pourtant, lors de cet hiver 1065, alors que la famille entière se retrouve prisonnière de la neige dans sa propre maison, chacun se révèle. Le temps est venu pour Bjorn de faire ses preuves… il s’opère en lui une véritable métamorphose qui va faire de lui la fierté de son clan.

Bjorn le Morphir est un récit fantastique à huit-clos qui dépeint la violence de l’hiver dans les pays scandinaves. A une époque où le christianisme est devenu religion obligatoire, et où les hommes tentent de conserver leurs traditions païennes, Thomas Lavachery brosse le quotidien d’une famille privée de liberté par la neige. Cette dernière est une entité vivante, cruelle, qui se nourrit de la vie des hommes pour se constituer une armée de glace. Particulièrement retorse, elle s’acharne sur Bjorn et sa famille, forcée de fuir dans des galleries souterraines. Vikings, trolls, demi-trolls, dragons, poissons à pattes… sont autant d’éléments qui servent un récit simple et sans prétention qui captive d’un bout à l’autre.

Le neige est méchante en cet hiver 1065, elle a décidé de s’en prendre aux hommes. Elle envoie ses légions de flocons géants sur le royaume de Fizzland afin d’engloutir les villages vikings. Son but est de faire mourir les habitants afin de s’approprier leurs âmes… Afin d’échapper à la Démone blanche, le jeune Bjorn et les siens se claquemurent dans la maison familiale. Tous se préparent à soutenir un siège qui risque de durer de longs mois. Lors de cette épreuve terrible, chacun se révèle. Les uns montrent courage et abnégation, les autres sombrent dans l’égoïsme ou la folie. Bjorn, quant à lui, se métamorphose. Ce garçon au nez qui coule, timide et craintif, peu doué pour les armes, va brusquement se transformer en un combattant redoutable. Par quel miracle? Bjorn serait-il un « morphir »? Lui-même en doute.

roman ado / young adult·roman jeunesse

Les Gardiens de Ga’Hoole, tome 2: Le Grand Voyage

Titre vo: Guardians of Ga’Hoole, 2. The Journey

Auteur: Kathryn Lasky

Traductrice: Cécile Moran

Editeur: Pocket Jeunesse

Pages: 291

 

Lu à deux voix avec Gabrielle, 8 ans 1/2

Soren et ses amis sont à la recherche du grand arbre de Ga’Hoole dont les légendes laissent à penser qu’ils trouveront des réponses à de nombreuses questions et de l’aide pour affronter l’ennemi qui se dresse devant chouettes et hiboux. Mais une fois sur place, ils vont découvrir un monde régit par des lois et des règles dans lequel chacun à un rôle à jouer, une place à prendre en fonction de ses talents et capacités. Commencent alors pour nos jeunes amis une formation qui les pousse à aller à la rencontre d’eux-même et à regarder au delà de leur ce qu’ils voient…

Deuxième volet de la saga, Le grand voyage fait suite direct au premier et nous entraîne toujours un peu plus loin dans l’univers fantastique des  strigidés. Kathryn Lasky nous en apprend toujours autant sur le comportement et le mode de vie de ces volatiles; informations et détails qu’elle intègre à son histoire en humanisant le tout par des attitudes plus naturelles pour les Hommes que pour les oiseaux tels que la cuisson de l’alimentation ou la consommation de thé autour d’une table…

Bien qu’un peu moins vivant, ce deuxième volume voit grandir et mûrir les quatre jeunes héros à plumes liés par une amitié sans faille. Grandir s’est aussi apprendre à se faire confiance et découvrir nos talents naturels pour les exploiter et les rendre utile à notre vie, notre quotidien. C’est que ce Soren, Perce-Neige, Gylfie et Spéléon vont faire dans ce récit initiatique qui leur permettra de se tester lors d’un final épique qui laisse présager une suite époustouflante.

Depuis leur évasion de l’orphelinat de Saint-Aegolius, Soren, Gylfie, Perce-Neige et Spéléon se sont fait une promesse : retrouver le grand arbre de Ga’Hoole dont la légende les a aidés a survivre quand ils perdaient espoir. Là-bas, des chouettes s’élancent chaque nuit dans les ténèbres pour combattre le mal qui envahit le monde. Le voyage vers l’arbre est long et semé d’embûches. Mais une fois arrivés les quatre amis doivent aussitôt se soumettre à d’inimaginables épreuves. L’enjeu est de taille : si Soren et ses compagnons retiennent bien les leçons de leurs nouveaux professeurs, ils deviendront enfin les gardiens de la nuit…

Autre volume

 

Lecture offerte·roman ado / young adult·roman jeunesse

Calpurnia

Titre vo: The Evolution of Calpurnia Tate

Auteur: Jacqueline Kelly

Traductrice: Diane Ménard

Éditeur: L’école des Loisirs

Collection: Médium

Pages: 420

1899, Texas. Calpurnia est une jeune fille de presque-douze-ans, seule fille d’une fratrie de sept enfants. Alors que l’été se veut caniculaire, elle se découvre une passion pour le naturalisme, observant la nature qui l’entoure, les questions fusent mais personne pour y répondre. Personne? Il y a bien Bon Papa… mais il est si intimidant… et pourtant lorsqu’elle va franchir la porte de son « laboratoire », Calpurnia va découvrir un homme merveilleux qui a bien des choses à lui apprendre. Peu à peu il forge son esprit, éveille son intelligence par de nombreuses lectures et l’aide à enrichir ses connaissances et à s’ouvrir à un monde que sa condition de fille de bonne famille ne la laissait pas imaginer. Mais le doute subsiste car, comment obtenir ce qu’elle veut alors que sa mère semble avoir déjà tracé sa vie à sa place?

Jacqueline Kelly signe un roman incroyable, vibrant d’émotion. Comment ne pas être touché par la situation de Calpurnia, condamnée à l’esclavage domestique de par sa condition de fille. Pleine de curiosité et animée d’une soif d’apprendre insatiable, comment pourrait-elle se contenter d’apprendre à tenir une maison? Entre doute et remise en question, le lecteur suit son évolution en parallèle de celui du monde en pleine révolution industrielle. On vit l’arrivée du téléphone, les premières automobiles et le chemin de fer… Calpurnia est un roman fascinant, d’une écriture magnifique et d’une richesse incroyable qui a suscité des discussions passionnées sur la place de la femme dans la société, sur la culture du coton, l’esclavage et bien d’autres choses. Le texte est emprunt d’une certaine poésie; il mêle humour, respect, bienveillance et connaissance. C’est un petit bijou de la littérature jeunesse, un véritable chef d’oeuvre!

Pour nous c’est un énorme coup de cœur à recommander à tous les amoureux de la nature.

Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums.
Aidée de son grand-père, un naturaliste fantasque et imprévisible, elle note dans son carnet d’observation tout ce qu’elle voit et se pose mille questions. Pourquoi, par exemple, les chiens ont-ils des sourcils ? Comment se fait-il que les grandes sauterelles soient jaunes, et les petites, vertes ? Et à quoi sert une bibliothèque si on n’y prête pas de livres ?
On est dans le comté de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia partage avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes quant à ses découvertes, elle affirme sa personnalité au milieu de ses six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille à l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine, la couture et les bonnes manières, comme il se doit, ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ?

roman ado / young adult

Lady Helen, tome 2: Le Pacte des Mauvais Jours

Titre vo: The Dark Days Pact

Auteur: Alison Goodman

Traducteur: Philippe Giraudon

Éditeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 586

 

Après les terribles événements survenus à la fin du premier volume, Lady Helen a été chassée par son oncle et s’est installée à Brighton où elle apprend à devenir une vigilante au côté de lord Carlson, son séduisant parent éloigné. Mus par leur attraction électrique, ils sont en prise avec divers émotions et doivent faire un choix entre écouter leur cœur ou leur raison. Ajouté à cela l’apparition de symptômes de folie chez lord Carlson et le travestissement forcé de Lady Helen, une mission secrète, des ennemies toujours plus nombreux et parfois censés être de leur côté et on obtient un roman détonnant qui ne laissent que peu de répit entre deux événements pour analyser des situations énigmatiques.

Alison Goodman réussit à capter l’attention dès les premières pages par son roman gothique où se mêlent, avec toujours autant de crédibilité, un univers fantastique et les mondanités de la vie aristocratique anglaise du début de dix-neuvième siècle. Lady Helen porte le récit avec une certaine candeur, ses décisions sont au cœur d’une réflexion sur la place de la femme dans la société. Bien qu’elle veuille paraître forte et décidée, elle se laisse trop porter par ses émotions et le résultat lui cause bien trop souvent des déceptions et des peines.

Lady Helen, Le Pacte des mauvais jours est un deuxième volet passionnant dont le final m’a cependant laissé sur une petite déception.

 

Brighton, été 1812…Chassée par son oncle, lady Helen a trouvé refuge dans la station balnéaire à la mode. Déguisée en homme, elle s’entraîne avec lord Carlson à développer ses étranges pouvoirs. Lorsqu’au cours d’une soirée mondaine elle croise le duc de Selburn, Helen se retrouve au cœur de la rivalité entre les deux hommes. Mais ses propres sentiments ne pèsent guère au regard des intérêts du Club des mauvais jours. L’un de ses membres éminents est venu lui confier une mission très délicate…

Autre volume

roman·roman ado / young adult

Sauveur & Fils – Saison 2

 

Auteur: Marie-Aude Murail

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Médium

Pages:314

 

On retrouve Sauveur et son fils Lazare à Orléans quelques mois après la fin de la première saison. Entre sa vie privée et les consultations de son cabinet de psychologue, Sauveur a de quoi s’occuper à plein temps. Quand il ne s’occupe pas de Lazare et de ses hamsters, il tente de reconstruire une famille avec Louise Rocheteau, mère du meilleur ami de Lazare, et d’une adolescente qui leur met des bâtons dans les roues. La situation se complique encore lorsqu’il accepte que Gabin, un ancien patient, s’installe dans son grenier… Mais tout cela n’est rien en comparaison des problèmes abordés ou dissimulés en consultation. Un appel à l’aide peut prendre différente forme et Sauveur a parfois du mal à dénouer le vrai du faut mais son altruisme, sa sensibilité et sa connaissance de ses patients sont autant d’armes nécessaires pour les sortir de leur détresse.

Une fois de plus, Marie-Aude Murail aborde de nombreuses problématiques de notre société telles que l’intégration sociale ou la famille recomposée, mais aussi le droit d’avoir un enfant pour les couples homosexuels ou l’importance de connaître ses origines pour se construire. Mais comme dans la saison 1, les adolescents restent au cœur de l’histoire et leur souffrance ne sont hélas que le reflet d’une société dans laquelle ils ne trouvent pas leur place, rejetés par leurs pairs car trop en dehors d’un cadre rigide qui ne laisse que trop peu de place à l’individualisme. L’écriture est toujours aussi belle, profonde et emprunte de bienveillance, la narration ne s’essouffle à aucun moment, ne laissant aucun répit au lecteur de se remettre entre deux consultations.

Saison 1

Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kg. Côté jardin, il mène une vie privée avec Lazare, son fils de 9 ans, et il a quelque espoir de reconstruire une famille avec Louise Rocheteau et ses deux enfants. Côté ville, Sauveur reçoit ses patients. Parmi eux: Ella Kuypens, 13 ans, se travestit en garçon et chante Sans contrefaçon, de Mylène Farmer, devant son miroir; Blandine Carré, 12 ans, qui se shoote aux bonbons Haribo et fait un tabac sur YouTube avec ses vidéos de poupées Pullip; Gabin Poupard, 17 ans, qui est Elfe de la nuit dans World of Warcraft et qui squatte le grenier de son psy dans le civil; Samuel Cahen, 16 ans, qui ne se lave plus mais s’étonne de collectionner les râteaux avec les filles, ou encore Alex et Charlie qui, comme leurs prénoms ne l’indiquent pas, sont deux femmes souhaitant avoir ensemble un bébé… Décidément, les humains sont de drôles de gens.

Marie-Aude Murail sur le blog

   

Lecture offerte·roman·roman ado / young adult·roman jeunesse

Le Tour du monde en 80 jours

Auteur: Jules Verne

Illustrateurs: De Neuville et I. Benett

Éditeur: Le livre de Poche

Pages: 307

 

Première incursion dans l’univers du célèbre Jules Verne, sans doute l’un des auteurs français les plus reconnu à travers le monde. J’avoue n’avoir jamais été intéressée par ces textes, aussi illustres soient-ils et, si cela n’avait pas été pour faire plaisir à mes filles, je ne l’aurais peut-être jamais découvert. Sincèrement, même si j’ai apprécié l’histoire en elle-même, si tous ses textes sont du même acabit, je ne suis pas convaincue d’avoir envie de retenter l’expérience.

En effet, j’ai aimé le très british Phileas Fogg et même si son pari m’a semblé un peu hors de propos, j’ai trouvé cela plutôt amusant. On s’attache rapidement aux personnages principaux, et on se prend au jeu, espérant à chaque instant que rien ne viendra entraver leur voyage ou comment ils vont se sortir de situations parfois compliquées. Mais les très (trop) nombreuses descriptions de moyens de transports, trajets et autres chiffres m’ont rapidement perdu. Bien que je comprenne les enjeux pour l’époque et l’impact de la révolution industrielle sur la taille du monde, devenu tout à coup plus accessible à ses habitants, je ne suis pas convaincue par l’intemporalité d’un tel récit. C’est un beau témoignage du passé, soit, mais finalement que reste-t-il de ce voyage si ce n’est une course contre la montre?

Le tour du monde en 80 jours est un roman sympathique mais à côté duquel je pense être passé; mes filles (8 ans) ont apprécié d’avantage et comme c’était pour elle que je le lisais (à voix haute) je n’ai au moins pas tout perdu.

Phileas Fogg, gentleman anglais, parie avec les membres de son club qu’il fera le tour de la Terre en 80 jours. Et, aussitôt, le voilà parti, accompagné de son domestique Jean, un Parisien, dit Passepartout. Il devra être revenu à Londres, pour gagner, le samedi 21 décembre 1872 à 20 heures 45 minutes! Soupçonné d’être l’audacieux voleur de la Banque d’Angleterre, Phileas Fogg va être filé tout le long de ses pérégrinations par le détective Fix qui ne peut cependant pas l’arrêter, le mandat d’arrêt n’arrivant toujours trop tard… Les pays traversés, les multiples aventures, les stratagèmes employés pour contourner les nombreux obstacles, l’activité débordante de Phileas Fogg pour lutter contre le temps en ne départant jamais de son flegme tout britannique, les personnalités de Passepartout et de l’obstiné Fix, font du Tour du monde en 80 jours un merveilleux roman, l’un des meilleurs de Jules Verne, dont le succès considérable ne s’est jamais démenti depuis sa parution, en 1873.