challenge·ebook·roman

Tiré à Quatre Epingles

4épingles

 

 

Auteur: Pascal Marmet

Editeur: Michalon

Pages: 270

 

 

 

Présentation éditeur:

Parmi les milliers de voyageurs, Laurent erre seul dans le hall de la gare de Lyon, l’air paumé. Il vient de rater son CAP boulangerie et sa mère l’a mis dehors. Samy, escroc à la grande gueule, le repère rapidement. Il a bien l’intention de profiter de la naïveté de ce gamin aux chaussures vertes et l’entraîne dans un cambriolage. L’appartement dans lequel ils pénètrent est une sorte d’antichambre du musée des Arts premiers et regorge de trésors africains. Mais ils tombent nez à nez avec la propriétaire et collectionneuse. Comme elle s’est blessée en tombant dans les escaliers, ils lui viennent en aide avant de s’enfuir. Pourtant, quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, abattue de cinq balles tirées à bout portant. Le commandant Chanel, chargé de l’enquête, s’enfonce alors dans l’étrange passé de cette victime, épouse d’un ex-préfet assassiné quai de Conti peu de temps auparavant. Un polar haletant sur fond de sorcellerie qui nous dévoile les coulisses de la gare de Lyon et nous ouvre les portes du célèbre 36 quai des Orfèvres.

Ce que j’en pense:

Après Le Roman du Café, Pascal Marmet opère un changement de genre radical en signant un polar passionnant sur fond de sorcellerie et d’art africain.

Le commandant François Chanel, est un prime abord un être froid, distant, mysogine et peu sympathique; pourtant, bien qu’il se dévoile peu au fil des pages, je l’ai trouvé plutôt agréable et intéressant, un bon flic tout en finesse et en réflection, avec un coeur gros comme ça sous ses airs bourrus. Une belle âme.

Laurent est un jeune paumé, tout de vert vêtu, décrit comme un gamin innocent, souffrant d’un syndrôme de Peter Pan, et qui adore les trains. Il se retrouve pris au piège de son innocence. Impliqué malgré lui dans un cambriolage qui tourne mal, il se retrouve principal suspect d’un meurtre qui soulève la chronique…

L’histoire prend place à Paris: gare de Lyon, 36 Quai des Orfèvres mais aussi au musée du Quai Branly… pas de courses poursuites ni d’hémoglobine à profusion, ici tout tient dans l’enquête et le recoupement de différents éléments pour aboutir à une conclusion que, pour ma part, je n’avais pas vu venir.

La force de Tiré à quatre épingle tient principalement dans l’écriture de Pascal Marmet, toujours aussi riche. On sent entre les lignes le travail de recherches fait en amont sur l’Art Africain, rendant son récit passionnant et instructif. Mais également ses personnages si singuliers qui apportent chacun une pierre à l’édifice, faisant de ce roman un must du genre.

Je remercie Pascal Marmet de m’avoir gentiment offert de lire son roman, un grand moment de lecture que je vous recommande chaudement.

229491ChallengeABC20152016

Publicités

5 commentaires sur “Tiré à Quatre Epingles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s