challenge·masse critique·roman

Aliénor, un dernier baiser avant le silence

aliénor

 

 

Auteur: Mireille Calmel

Editeur: XO

Pages: 436

 

 

 

Quatrième de couverture:

1204. À l’heure où la majestueuse Aliénor tente une ultime fois de sauver son royaume, son fils Jean sans Terre règne sans partage sur l’Angleterre, déterminé à éteindre jusqu’au souvenir de son défunt frère, l’illustre Richard Cœur de Lion.
Traquée jusqu’au cœur de la forêt de Brocéliande, sa filleule, la belle et puissante Eloïn Rudel, descendante de Merlin et compagne illégitime de Richard Cœur de Lion, rédige pour leurs enfants les mémoires de sa vie d’aventures. Car elle est la seule à posséder l’arme capable de contrer Jean et de protéger les siens : La vérité. Comme un dernier baiser avant le silence.

Ce que j’en pense:

Il y a quinze ans, Le lit d’Aliénor sortait sur le marché du livre, permettant aux lecteurs de découvrir un nouvel auteur, Mireille Calmel. Au terme de ses quinze années, Mireille Calmel écrit le chapitre final de sa saga sur cette reine exceptionnelle, Aliénor, un dernier baiser avant le silence.

Eloïn Rudel, fille de Loanna de Grimwald et de Jaufré Rudel, prend le temps d’écrire pour ses enfants une sorte de livre de chevet dans lequel elle consigne sa vie, ses espoirs, son amour, sa famille, ses batailles… de la naissance de celui qui sera son amant, le père de ses enfants, l’illustre Richard Coeur de Lion en 1157 à la mort d’Aliénor en 1204.

Mêlant habillement des faits historiques (très romancés) aux légendes arthuriennes, Mireille Calmel nous entraîne dans les pas d’Aliénor et ses fils, Richard en tête, au coeur d’une lutte de pouvoir contre son époux, le roi Henri II qui en fit sa captive pendant quinze ans; mais aussi dans les pas de Richard lors des croisades et sa lutte contre son frère, Jean Sans Terre. La présence de ses héroïnes fictives, décédentes des prétresses d’Avalon, lui permet d’expliquer par la magie la longévité d’Aliénor, exceptionnelle pour l’époque, mais qui prend surtout une place prépondérante dans le déroulement de la Troisième Croisade.

Si la première partie de l’histoire m’a beaucoup plu, je dois dire que le temps des croisades m’a bien moins touché. Même si l’écriture est toujours restée aussi vivante, j’ai trouvé la magie trop présente pour que l’histoire reste crédible. J’avoue m’être un peu perdu dans le roman à ce moment-là. Heureusement le final était sublime; véhiculant beaucoup d’émotions, il clôt parfaitement la saga « Aliénor ».

Je remercie les éditions XO et Babelio pour cette offre de masse critique qui m’aura permis de renouer avec un auteur de qualité.

massecritique

229491ChallengeABC20152016

Publicités

6 commentaires sur “Aliénor, un dernier baiser avant le silence

  1. J;avais adore Le Lit D’Alienor – il y a 15 ans deja! ca ne nous rajeunit pas, tout ca… Effectivement, Mireille Calmel met toujours beaucoup de magie dans ses histoires… Un petite dimension fantastique. C’est son truc, le fantastique historique. Donc je ne suis pas surprise outre-mesure. Je vais l’acheter, pour avoir la sage complete, bien que je me sois un peu lassee de son style en « grandissant ».

  2. Je dois justement relire l’intégrale du Lit d’Aliénor pour une LC avec Céline. J’enchaînerai avec les autres et celui-ci donc! 😀 C’est une bonne nouvelle!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s